Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : taysir assistance
  • taysir assistance
  • : medicalised transport,medical assistance, plastic surgery
  • Contact

STOP II

Rechercher

         187882 146207682119751 1124221 n

شكرا للزيارتكم

9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 23:06

article_furosemide.jpg
L'homme est mort après avoir absorbé pendant plusieurs jours un médicament du laboratoire Teva, le Furosémide Teva 40 mg, provenant d'un lot qui pouvait contenir par erreur des somnifères.

 

Un nonagénaire marseillais est mort samedi soir après avoir ingéré pendant plusieurs jours un médicament du laboratoire Teva susceptible d'avoir été mal conditionné. Deux lots de 95.000 boîtes de Furosémide Teva 40 mg, undiurétique générique du Lasilix que prenait cette personne âgée de 91 ans,pourraient en effet avoir contenu par erreur des somnifères. La victime est morte d'un œdème pulmonaire.

Une enquête a été ouverte samedi soir et confiée aux policiers de la Sûreté de la sécurité publique de Marseille, après la découverte au domicile de la victime d'emballages entamés issus de l'un de ces deux lots. «Une autopsie sera pratiquée demain matin (lundi), ainsi que des examens toxicologiques, afin de déterminer les liens de causalité entre le décès et la prise des médicaments, un lien qui pour l'instant n'est pas établi», a expliqué le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest. Il s'agit de savoir avec certitude si le nonagénaire a pris en dernier lieu le diurétique issu du mauvais lot, alors que des boîtes conformes ont également été retrouvées chez lui. L'infirmière ainsi que le pharmacien doivent être entendus.

Les médicaments diurétiques sont généralement utilisés pour traiter la rétention d'eau qui se produit lors d'une insuffisance cardiaque congestive et de certains désordres du foie, des reins et des poumons. Il s'utilise également pour maîtriser une pression artérielle élevée (hypertension). Le diurétique agit en augmentant le volume d'urine produite et excrétée et en éliminant le surplus d'eau retenu par l'organisme qui provoque les œdèmes.

L'alerte donnée par un pharmacien

C'est pourquoi l'arrêt du traitement par Furosémide peut entraîner une augmentation des œdèmes ou leur récidive ou favoriser une poussée d'insuffisance cardiaque, a précisé l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) dans un communiqué publié vendredi. D'une manière générale, chez les personnes âgées, ce risque est d'autant accru que l'organisme est en équilibre précaire et donc plus sensible aux changements dans les traitements mis en place.

La procédure de rappel de certaines boîtes de Furosémide Teva 40 mg avait été lancée par Teva après la découverte de comprimés somnifères (du Zopiclone aussi appelé Imovane) produits par le même laboratoire dans certains emballages. L'alerte avait été «donnée par un pharmacien dont une patiente avait constaté des effets de somnolence inhabituels», expliquait Teva dans un communiqué. «L'enquête ouverte par le laboratoire a permis d'identifier que deux lots de médicaments seraient susceptibles d'être concernés.» Il s'agit des lots Y175 (date d'expiration: 08/2015) et Y176 (date d'expiration: 08/2015). Leur vente a été bloquée dès vendredi soir.

Teva ne s'explique pas son erreur

Selon nos informations, confirmées par la ministre Marisol Touraine, des inspecteurs de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) se rendront à l'usine du laboratoire de génériques Teva de Sens dans l'Yonne afin de procéder à une inspection dès demain lundi. L'équipe sera composée de deux ou trois pharmaciens, des spécialistes des bonnes pratiques de fabrication qui procèdent à ce type d'inspection depuis des années. L'objectif pour l'ANSM est de comprendre comment de tels échanges ont pu avoir lieu. La mise sur le marché d'une boîte de médicaments contenant les mauvais comprimés est un phénomène rarissime.

Le président des laboratoires Teva en France, Erick Roche, a expliqué sur France Info «penser» que le problème était limité à «quelques boîtes», moins de «quelques centaines» selon lui. «Nous n'excluons aucune piste car ces deux médicaments ont été conditionnés sur des lignes différentes et à plusieurs semaines d'intervalle, nous n'avons à l'heure où je vous parle trouvé aucune raison industrielle à cette erreur.»

Partager cet article

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article

commentaires