Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : taysir assistance
  • taysir assistance
  • : medicalised transport,medical assistance, plastic surgery
  • Contact

STOP II

Rechercher

         187882 146207682119751 1124221 n

شكرا للزيارتكم

2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 09:54

Urgences obstétricales

log

 Hémorragie du post-partum

Hémorragies en obstétrique

-  Hémorragies du prépartum

 Hémorragie du post-partum

     Voir tous les articles en bas de page

 Photo1469

Généralités

La prise en charge d’une parturiente ou d’une femme enceinte exige une vigilance accrue, car, en plus de la mère, elle concerne aussi l’enfant (non encore né) en tant que deuxième patient.

 echo-g.jpg

L’urgence obstétricale constitue pour l’équipe urgentiste, la patiente et ses proches, une situation de tension, de stress et d’angoisse. Une prise en charge sûre et une atmosphère calme et attentionnée sont bénéfiques pour tous les acteurs. Le transport vers un service obstétrical est à mettre en œuvre. Chez une multipare en particulier, l’accouchement est quelquefois si rapide que la prise en charge de la mère et de l’enfant doit se faire à domicile ou dans le SMUR. Les multipares ont l’expérience des accouchements antérieurs et ont souvent une idée relativement précise du déroulement de l’accouchement en cours.

Anamnèse

 

Une grossesse normale a une durée approximative de 270 jours. Les signes annonciateurs de l’accouchement sont la rupture de la poche des eaux, l’émission de mucosités sanglantes et des contractions régulières ; un autre signe présent aussi en cas d’accouchement pathologique peut être un saignement.

 

L’interrogatoire précise la date théorique du terme, les grossesses et accouchements antérieurs et les complications éventuelles.

 

Le carnet de surveillance de la grossesse est consulté et emporté. Une grossesse non déclarée et un accouchement imprévu sont relativement rares et requièrent beaucoup de délicatesse dans la prise en charge de la patiente et de ses proches.

 

images (2)

 

Examen

 

Après l’inspection abdominale, la palpation et les manœuvres de Léopold évaluent la position de l’enfant. Les conditions d’intervention au stade préhospitalier permettent rarement l’auscultation correcte des bruits du cœur fœtal.

 

En cas de rupture de la poche des eaux, on peut dans certains cas par exemple pour affiner les décisions de prise en charge procéder à un toucher vaginal prudent avec un gant stérile.

 

Cet examen révèle le degré d’ouverture du col utérin et sa consistance et, le cas échéant, le type de présentation (tête, bassin, membres).

 

En cas de placenta praevia, de procidence du cordon (structure allongée, ferme, pulsatile) ou d’une procidence des membres, il est impératif d’arrêter le cours de l’accouchement par voie médicamenteuse et manuelle.

 

La couleur et la quantité de liquide amniotique informent sur l’état de l’enfant. Le liquide doit être clair à jaunâtre ; un liquide trouble ou verdâtre témoigne d’une souffrance fœtal.

Traitement général

Prise en charge de base de la mère

Celle-ci comprend :

-         La surveillance par un ECG continu, l’oxymétrie de pouls et la mesure de la pression artérielle,

-         La mise en place d’un abord veineux périphérique,

-         L’oxygénothérapie (au poins 5l/min), par masque ou sonde.

 

En cours d’accouchement, une analgésie peut être établie au besoin avec de faibles doses de Kétamine (0,25-0,50 mg/kg par voie IV, PIA 20-40 mg).Le cas échéant, la moitié de la dose initiale est réinjectée. L’administration de benzodiazépines et d’opiacée est à éviter.

 taysir assistance rapariement

Tocolyse en médecine d’urgence

 

Quand la présentation n’est pas encore visible et que les contractions du travail n’ont pas encore débuté, la parturiente doit être transportée le plus rapidement possible dans le service d’obstétrique le plus proche, éventuellement sous couvert d’une tocolyse par le salbutamol.

 

-         Le salbutamol (Salbumol) est administré par voie IV en perfusion continue à la dose de 15 à 20 μg/min ; comme alternative, on peut aussi utiliser une forme inhalatoire, par exemple 2 bouffées de Ventoline, à renouveler si nécessaire.

-         Le transport se fait en position horizontale avec une légère surélévation de la partie droite du corps, ou en position demi-assise pour empêcher le syndrome de compression de la veine cave inférieure.

 

Accouchement normal et soins au nouveau-né


 maternite-picasso

La période de dilatation dure environ 30 min, lors de laquelle les intervalles entre les contractions douloureuses se raccourcissent jusqu’à 2 – 5 min. L’accouchement normal se fait le plus souvent en présentation occipito-pubienne. Quand la tête apparaît au niveau du périnée (franchissement), on procède à son dégagement : la tête doit être guidée avec précaution et le périnée protégé manuellement. Pour prévenir une déchirure du périnée, une épisiotomie peut être requise. Ensuite se fait le dégagement des épaules, d’abord de l’épaule antérieure, puis de l’épaule postérieure.

-         Pour l’épisiotomie, le périnée est incisé au point culminant d’une contraction expulsive, quand il commence à blanchir, donc à devenir exsangue sous l’effet de la forte tension tissulaire. L’incision se fait à 6 ou 7 heures en direction latérale, avec des ciseaux stériles.

-         Le cordon est sectionné entre deux clamps, en conservant environ 10-15 cm de cordon du côté de l’enfant.

 

En post-partum, l’utérus se contracte, le placenta et les membranes sont expulsées.

-         Leur expulsion est assistée par une traction prudente sur le cordon et la compression simultanée de l’utérus au- dessus de la symphyse. Le placenta et les membranes sont solidaires et leur intégrité est vérifiée.

-         La contraction utérine est renforcée à l’aide d’oxytocine (Syntocinon ; 3 UI par voie IV). Cette administration peut être massé manuellement.

-         En cas de persistance d’une hémorragie importante et d’absence de contraction utérine palpable, une atonie utérine avec risque d’état de choc et de coagulopathie de consommation peut exister, important un traitement hospitalier extrêmement rapide.

 images--4-.jpg

Le nouveau-né est essentiellement exposé au risque d’asphyxie et d’hypothermie.

 

-         Ses fonctions vitales sont immédiatement contrôlées et son indice d’Apgar est établi après 1, 5 et 10 min.

indice--d-apigar.jpg

-         Le cas échéant, une aspiration douce est effectuée au niveau des voies aériennes supérieures et de l’oxygène est administré à l’aide d’un masque avec réservoir).

-         Pour prévenir l’hypothermie, l’enfant est confié à sa mère et couvert.images--6-.jpg

 

 

 

Accouchement pathologique

images--3-.jpg

Jumeaux

 

Généralement, les jumeaux viennent au monde avant le terme théorique. La naissance du second enfant peut être retardée du fait de la distension utérine massive et de l’épuisement de la mère. Son expulsion peut être assistée par une compression utérine manuelle (manœuvre de Kristeller).  L’assistance par une deuxième équipe et l’information du service d’accueil sont à organiser précocement.

 

Anomalies de présentation   

 

-         Lors de la présentation du siège, il faut saisir l’enfant par les cuisses et le basculer dorsalement sur le ventre de la mère (manœuvre de Bracht). Lors du dégagement de la tête selon Veit-Smellie, l’enfant « chevauche » le bras de l’accoucheur, qui introduit un doigt dans la cavité buccale de l’enfant pour aider au dégagement.

            bracht            

-         Lors de la présentation transversale en particulier le cas échéant avec une procidence du bras et lors d’une présentation des pieds, un accouchement par voie vaginale est impossible. L’accouchement doit être stoppé pharmacologiquement et manuellement jusqu’à ce que la césarienne puisse être faite.

-         Lors de la procidence du cordon, le fœtus est exposé au risque d’asphyxie et de mort du fait de la compression du cordon entre la filière génitale et le fœtus. En pareil cas, l’accouchement doit aussi être stoppé en repoussant le fœtus dans la filière génitale.

                                        procidence-de-cordon.jpg

-         Le placenta praevia recouvre complètement ou partiellement la filière génitale et peut menacer la vie de la mère et de l’enfant en donnant lieu à une forte hémorragie externe. Dans ce cas, l’accouchement doit aussi être stoppé, jusqu’à ce qu’il soit possible d’effectuer une césarienne.

                                          placenta.jpg

-         Le décollement prématuré du placenta ne s’accompagne pas obligatoirement d’une hémorragie externe, mais un hématome rétroplacentaire étendu peut néanmoins menacer la mère et l’enfant.

-         Une embolie amniotique peut survenir pendant et après l’accouchement ; d’un points de vue physiopathologique, elle correspond à un choc anaphylactique.

 

Autres complications

 images--5-.jpg

Fausse couche

La fausse couche (avortement) correspond à l’expulsion imminente ou débutante d’un fœtus généralement non viable. Elle se manifeste souvent cliniquement par un saignement vaginal. Les mères sont transportées dans un service d’obstétrique, sont couvert d’une prise en charge de base.

Grossesse extra-utérine

                   Ovaires_uterus_vagin.gif

La grossesse extra-utérine (GEU) correspond à la nidation de l’œuf fécondé en dehors de la cavité utérine. A l’anamnèse, on retrouve un retard des règles ; le dosage de la β-HCG est positif dans les urines.

 

Le symptôme évocateur de la GEU est la survenue de fortes douleurs pelviennes à prédominance latérale (allant jusqu’au péritonisme) dans un contexte de retard de menstruation.

 

La prise en charge de la douleur et de l’état de choc est identique à celle de l’abdomen aigu. La patiente est transportée dans un hôpital disposant d’un service de chirurgie et de gynécologie.

 

Hypertension gravidique

 

Définition et épidémiologie

On distingue trois formes :

-         La pré-éclampsie avec la triade oedème (généralisé), protéinurie et hypertension.

-         L’éclampsie où s’ajoutent des crises convulsives.

-         Le HELLP-syndrome avec la triade hypertension, cytolyse hépatique (elevated liver enzymes) et thrombopénie (low platelets).

 

L’incidence atteint jusqu’à 10 % de l’ensemble de toutes les grossesses (le HELLP-syndrome 0,5 -1%). Sont particulièrement exposées les très jeunes primipares, les femmes diabétiques, obèses ou hypertendues. Le risque de récidive lors d’une grossesse ultérieure est important.

 

Pathogénie et physiopathologie

La pathogénie est incertaine. Actuellement, une atteinte endothéliale généralisée avec des répercussions conséquentes sur la circulation et certains organes est discutée.

 

Anamnèse  

Les patientes se plaignent d’une aggravation non spécifique de l’état général, d’agitation, de vertiges, de céphalées, de sifflements d’oreille, d’éblouissements et de douleurs épigastriques.

 

Bilan clinique

L’hypertension mise à part, l’examen clinique ne constate généralement rien de particulier.


Traitement

 La suspicion d’une hypertension gravidique justifie le transfert avec accompagnement médical dans un service d’obstétrique. A l’échelon pré-hospitalier, la différenciation avec une hypertension essentielle méconnue ou mal équilibrée est impossible.

      images--7-.jpg

Dans la prise en charge préhospitalière, il ne faut intervenir qu’en cas de signes de crise hypertensive. Alors, le cas échéant la pression artérielle peut être diminuée à l’aide de nicardipine (Loxen ; 0,03-0,06 mg/kg/h par voie IV). La pression artérielle est à mesure à intervalles rapprochés.

taysir et sa famille


Photo1464

                                        Urgences obstétricales /Taysir Assistance

Anesthésie obstétricale : bases pharmacologiques

MÉTHODES D'ANALGÉSIE PHARMACOLOGIQUE

ANALGÉSIE NON PHARMACOLOGIQUE

ANESTHÉSIE GÉNÉRALE

Médicaments de l'anesthésie générale

Choix du soluté de remplissage en anesthésie obstétricale

Oxygénation maternelle et ventilation peranesthésique

Césarienne et embolie gazeuse

Surveillance de l'anesthésie obstétricale

Mémorisation maternelle

Dépression néonatale

Analgésie postopératoire en obstétrique

Anesthésie obstétricale : généralités

MÉCANISMES ET VOIES NERVEUSES DE LA DOULEUR DE L'ACCOUCHEMENT

MONITORAGE DU TRAVAIL ET DU FOETUS

Anesthésie obstétricale : méthodes et complications

Anesthésie obstétricale:rachianesthésie

COMPLICATIONS DES ANESTHÉSIES RACHIDIENNES

OPIACÉS PAR VOIE PÉRIMÉDULLAIRE

AUTRES TECHNIQUES D'ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE

GROSSESSES À RISQUE

Saignements vaginaux  

Diabète gestationnel 

COMPLICATIONS LIÉES AUX MÉDICAMENTS UTILISÉS LORS DE LA GROSSESSE ET DE L'ACCOUCHEMENT

Hémorragies en obstétrique

-  Hémorragies du prépartum

 Hémorragie du post-partum

 Choc hémorragique

Anesthésie pour gestes obstétricaux

Prééclampsie. Éclampsie

 bebe-panza

Partager cet article

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Urgence
commenter cet article

commentaires