Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : taysir assistance
  • taysir assistance
  • : medicalised transport,medical assistance, plastic surgery
  • Contact

STOP II

Rechercher

         187882 146207682119751 1124221 n

شكرا للزيارتكم

23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 10:00

Sur la piste d'un vaccin contre l'acné

La nouvelle devrait réjouir tous les jeunes enfants qui pourront - peut-être - ainsi échapper aux boutons au moment de l'adolescence

Le laboratoire Sanofi Pasteur vient d'acheter l'exclusivité mondiale des droits pour un vaccin, qui n'en est encore qu'au stade préclinique (avant l'expérimentation chez l'homme), ainsi qu'un traitement contre l'acné. Ils sont développés par des chercheurs de l'université de Californie à San Diego. La cible potentielle est vaste : 80 à 90 % des adolescents voient apparaître des boutons sur leur visage, voire leur dos, au moment de la puberté. Cette maladie peut durer pendant des années, et persister à l'âge adulte.

"La glande sébacée est au repos jusqu'au début de l'adolescence", explique Louis Dubertret, professeur émérite de dermatologie. "Quand elle commence à sécréter le sébum, sous l'effet des hormones, le canal d'évacuation est souvent bouché, encombré par des débris de peau, de graisse, d'où la formation d'un point noir (ou blanc quand il est plus profond). La glande ne pouvant pas se vider, elle grossit, elle finit par s'enflammer, ce qui est à l'origine des microkystes." Même si cette affection est la plupart du temps bénigne et transitoire, elle peut avoir des conséquences psychologiques, physiques et sociales très importantes.

Il est prouvé qu'un microbe présent dans la glande sébacée, le Propionibacterium acnes, sécrète des substances inflammatoires qui attaquent la graisse du sébum et la transforment en produits très irritants. "Il y a actuellement deux grandes théories pour expliquer les boutons, continue le spécialiste : l'une estime que le bouchon est le premier responsable et que le Propionibacterium acnes ne fait que mettre le feu aux poudres ; l'autre dit que c'est la bactérie qui est à l'origine du mal, parce qu'elle produit des substances qui irritent le conduit d'évacuation du sébum et provoquent des points noirs. Rien n'est tranché, mais je penche pour la première."

"L'idée est intéressante"

Or, c'est manifestement la seconde qui a été retenue par les chercheurs américains. Ils tentent de créer des réactions immunitaires susceptibles de neutraliser les substances inflammatoires produites par le Propionibacterium acnes. "L'idée est intéressante", admet Louis Dubertret, "mais, quelle que soit la méthode employée, il faudrait que la réaction immunologique induite arrive au niveau de la glande sébacée et soit suffisamment forte pour y agir. Ce qui n'a rien d'évident." Elias Zerhouni, président Monde, Recherche et Développement de Sanofi, est évidemment plus optimiste. Selon lui, "cette approche pourrait déboucher sur un produit immunothérapeutique avec des avantages significatifs et un mécanisme d'action innovant permettant de répondre à un besoin de santé non satisfait".

Néanmoins, il existe déjà des traitements efficaces : l'action des dérivés de la vitamine A acide et du peroxyde de benzoyle, à usage local, peut être complétée par la prescription d'un antibiotique qui agit non seulement contre les bactéries, mais aussi contre l'inflammation. Certaines pilules contraceptives donnent de très bons résultats chez les jeunes filles. "Et si cela ne suffit pas, il reste toujours le Roaccutane", ajoute le professeur Dubertret. "Ce médicament, qui doit être prescrit dans des conditions très strictes, est très efficace, même à faible dose." Enfin, les jeunes doivent savoir que, quelle que soit la qualité du traitement, les microkystes présents dans la peau doivent s'ouvrir avant de disparaître. Et qu'il y a donc un délai obligatoire entre les premiers soins et la fin de la guerre des boutons...

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/sur-la-piste-d-un-vaccin-contre-l-acne-22-09-2011-1376431_57.php

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 23:31

«La civilisation n’est pas un entassement, mais une construction, une architecture». Malek Bennabi (Extrait de Vocation de l’Islam)

 


     
C’est fait! le 16 avril le Président a inauguré les festivités de Tlemcen, capitale de la culture islamique. Plus de 80 ambassadeurs accrédités en Algérie ont participé à la cérémonie d’ouverture officielle de la manifestation. Au-delà du décorum, en tant que citoyen plusieurs questions me sont venues à l’esprit. Pourquoi sommes-nous incapables d’augmenter le lectorat et le nombre de bibliothèques du pays qui est sur le constant déclin. Le nombre de bibliothèques, à titre d’exemple à Alger la capitale, se compte sur les doigts d’une main!   Pourquoi sommes-nous capables de faire des dépenses de prestige sans lendemain et ne pas pouvoir résoudre les fondamentaux de la lecture?

 

    Un bref regard sur le programme sur Internet m’a conforté dans l’idée qu’au-delà de la cérémonie d’ouverture où nous avons simulé les Mille et Une Nuits par cette floraison de chars et de costumes, les citoyens ont eu quelques moments de bonheur, avant que l’amère réalité du quotidien ne les rattrape. On peut se demander pourquoi l’Unesco est absente de cette manifestation, cette organisation aurait pu apporter beaucoup, notamment par le prêt d’ouvrages de la civilisation islamique, quand bien même ils ne seraient pas de Tlemcen, mais qui auraient pu être admirés en Algérie? Il en est de même de l’OCI pourquoi elle n’est pas partie prenante? Enfin, pourquoi nier l’histoire et ne pas raconter l’histoire de Tlemcen depuis l’avènement de l’Homme?

 

   C’était une occasion unique de faire connaître la préhistoire algérienne avec l’homme de Tirenife suite aux fouilles d’Arembourg, qui avait mis à jour l’homme de Palikao notre ancêtre d’il y a 1,7 million d’années. Nous aurions aussi parlé de la préhistoire et de la Tlemcen romaine avec Pomaria. L’Histoire de Tlemcen n’aurait pas de ce fait, été évacuée au détour d’un colloque sur l’Histoire de Tlemcen et de sa région, on aurait pu suggérer justement une exposition sur le passé préhistorique de l’Algérie avec, notamment un clin d’oeil à la dimension religieuse de l’homme de la préhistoire, notamment en rapportant que l’homme des grottes de Bourremel (près de Béjaïa) enterrait, il y a vingt mille ans, ses morts, c’est l’une des premières manifestations de la nature humaine et de son questionnement vis-à-vis de la mort.



Les capitales potentielles de la culture islamique

 

Lors de la conférence de presse du 05 février, la question, sur l’auteur de la désignation de Tlemcen, capitale de la culture islamique a été posée. Pourquoi Tlemcen et pas d’autres villes? Le conférencier a levé le voile sur cette question en précisant que le ministère de la Culture n’a fait que proposer trois villes algériennes, à savoir: Constantine, Béjaïa et Tlemcen à un organisme international: l’Icesco qui a choisi Tlemcen parce que tout simplement elle détient 70% du patrimoine religieux et historique de la nation.


    Autre son de cloche, d’après les autorités «Tlemcen a été choisie capitale de la culture islamique car elle remplit les conditions pour cela et dispose de toutes les potentialités scientifiques et culturelles ainsi que les moyens nécessaires pour abriter une telle manifestation dans les meilleures conditions». C’est à voir!!

 

   Malgré les argents engloutis et dont le contribuable n’a pas été tenu informé, il n’est que de se souvenir de la mascarade du squelette de Lucy que l’on nous avait «vendu» pour la vraie Lucy et qui nous dit-on, serait venue et traitée comme une VIP. Pendant ce temps, la vraie Lucy était analysée dans un musée américain. Bref, des milliards ont été engloutis dans des dépenses de prestige sans retour sur investissement qui peut être multiforme. Tlemcen a-t-elle été choisie en fonction de ses infrastructures potentielles comme on le dit? Cela nous rappelle le choix du pays devant abriter la Coupe du Monde ou les Jeux olympiques. C’est faire peu de frais de la dimension culturelle et cultuelle qui devait prévaloir. A-t-on choisi Tlemcen pour sa dimension culturelle et cultuelle accomplie par rapport à d’autres villes d’Algérie? A-t-on demandé aux villes algériennes potentielles dans une compétition transparente de postuler pour abriter cette dimension culturelle qui est revenue cette année à l’Algérie, ou est-ce un choix?

 

   Cependant, le choix de la ville n’est pas de mon point de vue fortuit. Cette distinction est une véritable distinction décernée à la ville et au pays qui l’abrite.  Tlemcen est choisie capitale de la culture islamique en raison de sa longue histoire et de ses joyaux architecturaux qui représentent la plupart des époques islamiques. Elle est aussi l’une des plus anciennes cités algériennes, fortement marquée par l’époque islamique depuis la fondation du premier émirat islamique de Béni Ifren par la tribu des Zénètes, puis la fondation des Etats des Idrissides, des Fatimides et des Almoravides qui construiront une nouvelle cité qu’ils appelèrent Tlemcen. A cette époque, la capitale des Zianides, qui était aussi connue pour son importante activité commerciale, était une ville dédiée au savoir et était l’un des centres des sciences du Fiqh.

 

    Après la chute des Almoravides, Tlemcen est tombée sous la coupe des Almohades qui reconnurent la grande tribu algérienne des Zénètes et leur attribuèrent la régence de la ville en question et ce, jusqu’à la fondation du grand Etat des Zianides qui durera plus de trois siècles. Dans tous les cas, ce que l’on retiendra c’est le développement de la ville de Tlemcen et c’est une bonne chose pour cette ville d’art et d’histoire qui m’a toujours subjugué par son passé; chacun de nous pense à l’ouvrage culte El Boustane de Ibn Maryam Ec Cherif El Melity El Medyouni Tilimçani.

 

    Tlemcen connut dit-on, son heure de gloire grâce, notamment à Sidi Boumediene le célèbre mystique andalou de la fin du XIIe siècle et dont le tombeau attirait les pélerins de tout le Maghreb. Tlemcen avait aussi sa milice chrétienne et comptait en cette période plus de cent mille âmes, il y avait un quartier spécial pour les chrétiens, ce quartier était géré aussi par un consul étranger. La situation de la ville était tellement florissante que très vite la ville acquit une réputation de richesse, de sécurité et de tolérance. La ville de Tlemcen développait des relations commerciales avec toutes les grandes capitales commerciales du Moyen Age (Marseille, Venise, Gênes...). La tribu des Beni Mérin 1244-1465 est aussi une tribu berbère qui fut poussée des confins de l’Oranie aux confins de l’Ouest et ceci sous la pression des Almohades. Ce n’est qu’à la fin du XIIe siècle, qu’ils sortirent de leur retraite en participant à la bataille d’Alarcos contre les Espagnols.La dynastie débuta réellement avec Abou Yahia Abou Bakr (1244-1258) fils du fondateur ‘Abd El Haq.(1)

 

  En toute état de cause , je pense qu’il était préférable que toute l’Algérie soit déclarée capitale de la culture islamique, elle aurait ce faisant, fait participer toutes les villes algériennes de la plus humble et la plus connue et qui ont apporté cette lueur d’humanité que véhicule l’Islam. De ce fait, Tlemcen aurait pu être le trait d’union entre les autres villes algériennes qui ont eu un passé prestigieux et les pays islamiques représentées. Mieux encore, le programme de la culture islamique en Algérie aurait pu être enrichi de façon croisée en invitant toutes les troupes et délégations étrangères de faire un périple de 15 jours pour faire profiter les autres villes d’Algérie et elles-mêmes s’imprégner de la dimension de la culture islamique dans ces villes auxquelles a fait mention le Président dans son discours; je veux citer, notamment, Constantine, Bejaïa où il y avait dit-on 100 savants qui vivaient à l’ombre de l’Islam, je veux citer pour le lecteur le livre culte: « ‘Ounouan addhyraya fi machaïkh Béjaïa » : «Galerie des 100 savants de Bougie» de l’auteur célèbre El Ghobrini. Ce même auteur parle de Aïcha poétesse fille d’un juriste émérite Omara Ben Yahia El Hosseini. Elle aurai copié de sa main «L’Explication du Coran» en 18 chapitres de Thaâlibi, l’andalou. Dans un ouvrage édité il y a dix ans, j’avais tenté de consolider une histoire de l’éducation et de la culture en Algérie des origines à nos jours, j’avais d’ailleurs fait une place de choix à Tlemcen et à ses savants.(2)

 

   Par ailleurs, si on devait aussi, honorer les savants de l’Islam, force est de signaler une «amnésie», en l’occurrence, l’absence de Mohamed Arkoun. Nous devons vivre dans le présent et honorer aussi ceux qui dans le temps présent ont honoré l’Islam. Ce qui montrerait à coup sûr l’intemporalité de la culture islamique. L’écrivain Amine Zaoui écrit à ce propos: «Le 11 avril dernier, en présence de Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco [curieusement absente de la manifestation de Tlemcen Ndlr], et en marge de la remise du prix Unesco-Sharjah pour la culture arabe, l’islamologue Mohamed Arkoun, décédé le 14 septembre 2010, fut présent à travers un colloque scientifique qui lui a été consacré. Le 16 avril, en présence de Monsieur le Président de la République, le coup d’envoi des «festivités» de «Tlemcen, capitale de la culture islamique» a été donné dans l’absence totale et le silence absolu sur notre grand Mohamed Arkoun. L’homme des questions. Le messager. Le passeur. (...) Mais aucun musulman moderne ne peut tolérer l’absence de Mohamed Arkoun dans le programme de cette année, et notamment dans la journée symbolique de l’ouverture »(3).

 

   « L’Algérie moderne et grande est universellement présente et connue grâce à la pensée moderne du grand islamologue Mohammed Arkoun. Si célébration est faite pour parler des dialogues des religions ou des cultures, Mohamed Arkoun, par excellence, doit être au centre de ce débat. Au centre de toute réflexion autour de l’humanisme islamique. Faiseur de paix et de dialogue. L’Unesco-Sharjah pour la culture arabe, dans sa 9e édition n’a pas oublié de rendre un vibrant hommage en forme d’un colloque scientifique, au grand islamologue algérien Mohamed Arkoun. En contrepartie, chez lui, dans sa patrie, sur sa terre natale, qui célèbre en cette année 2011, avec fanfare, «La Culture islamique», les siens n’ont pas eu le temps d’observer une minute de silence en son âme ou un arrêt sur ses idées de el-ijtihad. Mohamed Arkoun mérite un hommage d’État, en cette année où Tlemcen est choisie comme capitale de la culture islamique. Arkoun a le droit à un grand colloque scientifique, en cette période où notre pays mène une guerre contre les idées intégristes et contre le terrorisme local et international. (...) Et Tlemcen capitale de la culture islamique est un moment historique pour rendre un hommage scientifique à nos savants d’aujourd’hui, ceux qui symbolisent «les passeurs» entre les religions et les cultures. Et Arkoun fut l’un de ces passeurs, le plus brillant. En ce temps amer, les jeunes ont perdu la force du rêve. Et nos jeunes égarés sur le plan religieux ont besoin de lire, d’écouter un nouveau discours sur l’Islam et sur les musulmans. Et, sans doute, la pensée de Mohamed Arkoun est une réponse à ce grave trouble religieux. Lui qui, dans tous ses écrits, a appelé, avec courage et rigueur scientifique, à moderniser l’Islam pour la renaissance d’une pensée islamique plurielle. En quête d’une nouvelle Andalousie. Une nouvelle Tolède».(3)

 

L’Islam et l’occidentalisation forcée du monde

 

    Au vue de ce qui est promis  dans cette manifestation, surtout comme « festivités » et à un degré moindre comme activité de l’eprit,  nous avons, là encore,  la pénible impression que le monde musulman s’est installé confortablement dans les temps morts en invoquant  le passé, plutôt que d’analyser les causes de son déclin . A-t-on vu cette manifestation s’emparer des sujets du temps présent? Qu’a-t-on fait après depuis la période de roukoud , de la léthargie et dont Mostefa Lacheraf disait que la chute de la civilisation musulmane ne fut pas brutale mais fut un long délitement. Ce délitement, que l’on attribue à  la fermeture de l’Ijtihad à la critique par la raison , a amené à la formation d’intellectuels organiques - au sens d’Antonio Gramsci- qui sévissent encore de nous jours et qui adaptent le savoir, la science aux désirs du prince.

 

  Qui aurait empêché le Conseil scientifique des colloques de s’emparer de sujets comme l’analyse des causes du déclin de la civilisation islamique, ce qui aurait pu «en creux», nous faire percevoir les «solutions» ou en tout cas les voies et moyens d’éviter les chemins de travers actuels? Ce Conseil scientifique aurait pu aussi nous surprendre en analysant les causes de l’échec de la Nahda depuis Djamel Eddine al Afghani en mettant en valeur l’apport des Ouléma musulmans d’Algérie et d’un certain Abdelhamid Ibn Badis, dont la mort coïncidait justement avec ce 16 avril et appelé depuis Youm el ’Ilm. Les grandes métropoles de l’Islam que sont les trois autres capitales Béjaïa, Alger et Constantine auraient pu être mises en valeur par au moins des expositions spécifiques.



L’Islam de la science absent

 

A-t-on vu l’avènement de la science qui permettrait à l’Islam de se battre scientifiquement? A t-on vu des scientifiques musulmans venir exposer leurs découvertes? A-t-on vu les savants iraniens venir nous parler de leurs fusées dans l’espace, de leur centrale nucléaire, des savant turcs indonésiens? L’Islam ne se réduit pas à une quacida, la musique fut-elle andalouse, ou les robaïate d’el Khayyam aussi envoutantes soient-elles ne permettent pas à l’Islam, dans ce siècle sauvage, de garder son rang et d’être une alternative à ce money-théïsme qui nous envahit de toute part et à cette mondialatinisation rampante qui problématise les identités et les spiritualités. La culture islamique c’est aussi une culture scientifique.

 

  A titre d’exemple, de la contribution des savants musulmans, et de Tlemcen au patrimoine scientifique de l’humanité  le système de mesure fut promulgué nous dit Brosselard, en 1328 sous le règne du sultan Abdelouadite Abou Tachfine 1er. La coudée, qui variait entre 45 et 50 cm avait une valeur précise, développée par les savants de l’Islam et que les marchands du pourtour de la Méditerranée ont adopté pour commercer avec Tlemcen cité de 100.000 âmes qui avait un quartier appelé El Kissaria fort de 6000 âmes et qui abritait la communauté étrangère. On a retrouvé un marbre qui décrit justement la coudée de 47 cm. Cette coudée était subdivisée en 36 portions égales (le doigt) de 1,3 cm en moyenne. Ce doigt était subdivisé lui-même en 6 grains d’orge moyen, rangés en ordre serré dos à ventre (environ 0, 215cm). Le grain d’orge représente lui-même l’espace que peuvent remplir six crins de mulet de l’espèce appelée Bardeau (Cha’ir bardhoune) environ 0,33 millimètre. Ainsi cinq siècles avant la conférence internationale des poids et mesure de 1889 pour définir le prototype du mètre, la science musulmane avait déjà posé les jalons pour l’unification des systèmes de mesure. Nul doute que la science universelle a profité de cette avancée.(4)

    Cet exemple parmi tant d’autres montre l’unicité de la science et la part des savants musulmans à cette aventure humaine. Je formule, en définitive,  le voeu et ce n’est pas trop tard de recueillir à la fois le patrimoine à la fois matériel et immatériel par la confection d’un ouvrage dédié à l’apport de l’Algérie à l’Islam; cet ouvrage qui devra été rédigé par des spécialistes doit restituer toutes les manifestations avec un fil directeur: l’histoire de l’Algérie musulmane placée dans une perspective historique de l’Histoire des religions.

 


1. C

.E. Chitour: Histoire religieuse de l’Algérie. Editions Enag 2001  

2. L’Education et la culture en Algérie des origines à nos jours. Editions Enag 1999  

3. Amine Zaoui http://culture.dz.lesnews.tk/2011/04/tlemcen-mohamed-arkoun-est-le-grand.html#comment-form   

4. Charles Brosselard cité dans C.E. Chitour: L’Education et la culture en Algérie des origines à nos jours. Edit.Enag 1999. 



Pr Chems Eddine Chitour

 

Ecole Nationale Polytechnique

 


Chems Eddine Chitour est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 14:42

 

omb t ass

الحمد لله و الصّلاة و السّلام على رسول الله ،

 باسم الطاقم الطبي العاملين في شركة تيسير يسعدنا أن نعلمكم أنّه تمّ إقتناء سيارة إسعاف جديدة صنف أ   مجهزة بجميع الآليات الطبية للحمل الطبي للمرضى...و بذلك إتسعت أنشطة شركة تيسير للإسعاف الطبي لتسع:

حمل المرضى بجميع أصنافه طبي و صحّي.

الرعاية الصحيّة المنزليّة قبل الدخول و بعد الخروج من المستشفى أو المصحّة و يشمل ذلك:

العناية بمرضى فتحة البطن الدائمة والمؤقتة، 

رعاية مرضى القلب

خدمة الجهاز التنفسي

توفير الأدوية ومستلزماتها

مداواة الجروح والحفاظ عليها من التلوث

الحقن الوريدي،

التغذية الوريدية الكاملة،...

 TAYSIR BONNE ANNEE

الله نسأل أن يبارك فيكم و في أعمالكم و أن يهدينا جميعا لما فيه خير و هو المستعان المعين...

   


Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 15:56

A partir de quel niveau les radiations nucléaires sont-elles dangereuses pour l'homme ?

  |    


Depuis la catastrophe de Tchernobyl, on sait encore mieux mesurer le risque des retombées radioactives sur les êtres humains dans les zones où les vents disséminent les nucléides. L'unité de mesure utilisée pour évaluer la quantité de radiations absorbées par l'organisme s'appelle le sievert.

Les lourds dégâts causés par le séisme de vendredi ont entraîné la diffusion d'un nuage de particules radioactives qui a notamment atteint Tokyo mais pourrait également affecter les pays voisins. Les autorités sanitaires locales sont donc appelées à mesurer le niveau de radioactivité dans l'air. Pour savoir s'il y a danger pour la santé humaine, les scientifiques scrutent le niveau de sieverts (Sv), une unité permettant d'évaluer la quantité de radiation absorbée par les tissus humains

L'exposition moyenne d'un être humain à la radioactivité naturelle est de l'ordre de 2 à 3 millisieverts (mSv) par an. Ce niveau a été largement dépassé dans le nord du Japon. Le secrétaire du gouvernement japonais Yukio Edano a estimé que le niveau de radiations autour de Fukushima pouvait atteindre des pics à 400 mSv par heure. C'est vingt fois plus que la dose de radiations reçue en une année par certains employés du secteur nucléaire ou de l'extraction d'uranium.

Une personne sur 20 risque de développer un cancer lorsqu'elle a été exposée à 1.000 mSv

Une exposition cumulée sur un an à 1.000 mSv, ou 1 Sv, causerait probablement un cancer mortel, de nombreuses années plus tard, chez 5% des personnes touchées. A titre de comparaison, il faut savoir que, lors d'un scanner médical, l'organe ciblé reçoit environ 15 mSv dans le cas d'un adulte et 30 mSv chez un nouveau-né. Une radiographie de la poitrine expose à 0,02 mSv, des dents à 0,01 mSv. Les scientifiques estiment qu'une exposition cumulée à 90 mSv après deux ou trois scanners peut accroître le risque de cancer.

L'exposition aux radiations endommage le système immunitaire

Une dose élevée de radiations a pour effet de détruire le système nerveux, les globules rouges et les lymphocytes, ce qui endommage le système immunitaire. En cas d'exposition très importante - de l'ordre de 1.000 mSv en quelques heures - les personnes irradiées vont souffrir de nausées, de vomissements et d'hémorragies, mais elles ne risquent pas la mort, du moins à court terme. Une dose unique de 5.000 mSv serait en revanche fatale pourla moitié des personnes exposées dans un délai d'un mois.

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 18:49

Dominos.jpg

Le soulèvement populaire en Tunisie, qui se bat contre une manipulation politique de grande envergure menée par les USA, fait tâche d'huile en Egypte et dans d'autres pays arabes.
A sa base, un cocktail inflammatoire composé de :
(1) soumission économique et politique des Etats aux intérêts occidentaux et sionistes qui a jeté dans la pauvreté, avec des hausses de prix vertigineuses des matières de première nécessité, la vaste majorité de la population formée à plus de 60% de jeunes de moins de 25 ans,



(Tunisie, photo Husni Dridi, AP)


(2) persistance de systèmes politiques âgés de plus de 20 ans, inféodés à l'impérialisme, corrompus, répressifs et décidés à passer au régime héréditaire,

(3) impasse des aspirations nationales d'une nation que les divisions ethniques et religieuses fomentées et nourries n'ont pas réussi à morceler.

En Egypte, pierre de voûte de la normalisation avec l'entité sioniste, les manifestations populaires traversent les villes principales du pays pour le troisième jour consécutif, exigeant la chute du régime et suscitant la panique aux Etats-Unis d'où des conseils droitsdel'hommesque se sont fait entendre aujourd'hui et la terreur des sionistes qui tentent de se rassurer sur "la pérennité du traité de paix".



(ville de Suez, Egypte, photo Khaled Dessouki, AFP)

A Sanaa au Yémen, des manifestations de centaines d'étudiants menés par la jeune journaliste, Tawakol Karmane, depuis deux semaines, se sont transformées en manifestations populaires rassemblant des milliers de citoyens exigeant la destitution de Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 30 ans.



(Sanaa, Yemen, photo Hani Mohammad, AP)

L'onde de choc du Tunisami se fait sentir en Libye et en Algérie, au Machreq en Jordanie et jusqu'au Koweit et dans les Emirats où les pétromonarchies se sont hâtées de proposer des mesures sociales pour étouffer dans l'œuf le malaise politique.

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 18:59

L'alcool est à l'origine de près de quatre pour cent des décès dans le monde, soit plus que le sida, la tuberculose ou la violence, a fait savoir vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La hausse du niveau de vie dans des pays émergents peuplés comme l'Inde ou l'Afrique du Sud est une des causes de l'augmentation de la consommation, avec le développement de la pratique de l'"alcoolisation massive" ("binge drinking") dans certains pays développés, relève l'agence onusienne.

Dans le même temps, la lutte contre la surconsommation de boissons alcoolisées semble ne pas être une priorité de santé publique pour la plupart des gouvernements malgré ses graves conséquences sociales - accidents de la circulation, violences, maladies, absentéisme au travail, délaissement des enfants, etc.

Environ deux millions et demi de personnes décèdent chaque année des conséquences de l'alcool, estime l'OMS dans un rapport global sur l'alcool et la santé, qui précise que ce phénomène est le premier facteur de risque mortel pour les hommes âgés de 15 à 59 ans.

En Russie et dans les anciennes républiques soviétiques, l'alcool est responsable d'un décès sur cinq, soit le plus fort taux de mortalité mondial, précise le rapport de l'OMS.

En Russie, en Ukraine, au Kazakhstan, mais aussi au Mexique, au Brésil et en Afrique du Sud, la pratique du "binge drinking" prévaut. Elle est en plein essor dans le reste du monde, où 11% des buveurs, des hommes à 80%, s'y adonnent.

LA FRANCE ÉPARGNÉE PAR LE "BINGE DRINKING"

Ce premier rapport de l'OMS sur le sujet depuis 2004 note que l'alcool est la cause principale d'une soixantaine de types de blessures ou de maladies: accidents de la route, violences, empoisonnements, épilepsies, cirrhoses, cancers colorectaux, du larynx, du foie et du sein.

"Il y a six ou sept ans, nous ne disposions pas d'une preuve certaine de la relation de cause à effet entre la boisson et le cancer du sein. Nous l'avons maintenant", a déclaré Vladimir Pozniak, directeur du département "abus de substances" à l'OMS.

Les taux de consommation ne sont pas les mêmes selon les régions: ils sont les plus élevés dans les pays développés et les plus bas au Maghreb ainsi que dans certains pays d'Asie du Sud et de l'Afrique subsaharienne où l'islam prédomine.

Dans le monde développé, la France et d'autres pays d'Europe à haut niveau de vie se distinguent par une moindre pratique des beuveries épisodiques, qui suggère en revanche un plus fort taux de consommation régulière.

L'agence spécialisée des Nations unies estime par ailleurs que la hausse des taxes sur l'alcool est une des mesures de prévention les plus efficaces contre la consommation excessive, notamment chez les jeunes.

Elle défend également l'imposition d'un âge minimum pour l'achat et la consommation de boissons alcoolisées ainsi que la répression de l'alcool au volant, pourvu que ces mesures soient effectivement appliquées.

Marc Delteil pour le service français, édité par Guy Kerivel

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 18:20

  egyptd.giftunisie-copie-1

الجمعة 17ديسمبر 2010 البوعزيزي أحرق نفسه إحتجاجا علي كرامة أُهينت    


بعد 4 أسابيع
    


الجمعة 14 جانفي 2011 بن علي هرب


 

بعد 4 أسابيع    


الجمعة 11 فيفري 2011 مبارك يسقط
   

:

.

.

.

..

عبد الباري عطوان : والله انتم العرب الافارقة خير العرب ويجب الانحناء لكم

 

 
Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 20:33

L'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) vient de publier une liste de 77 médicaments "sous surveillance", réclamée par le gouvernement. L'occasion pour le ministre de la Santé d'expliquer où en sont, pour ces médicaments, les procédures de surveillance et de réévaluation.

 Téléchargez la liste au format pdf : ICI

AVERTISSEMENT AU LECTEUR :

Tous les médicaments disponibles sur le marché en France font l’objet d’une surveillance dans le cadre de la pharmacovigilance.

Figurent sur la liste ci-dessous des médicaments ou classes de médicaments faisant l’objet, à ce jour, d’un suivi renforcé ou d’une enquête de pharmacovigilance :
- soit parce que les autorités sanitaires ont jugé nécessaire, à titre préventif, de renforcer ce suivi
- soit parce que des signaux de risque ont été détectés, justifiant une vigilance accrue.

Ces médicaments bénéficient d’une autorisation de mise sur le marché : le bénéfice qu’ils apportent aux patients dans leurs indications thérapeutiques est donc jugé plus important que le risque lié à son utilisation car c’est le critère essentiel permettant la délivrance et le maintien de l’autorisation de mise sur le marché.

Aussi, la présence d’un médicament sur cette liste est-elle une garantie pour les patients. Cela signifie qu’il existe une surveillance particulièrement proactive de ce médicament, et que les mesures adaptées seront prises si nécessaire.

Cela ne doit en aucun cas conduire les patients à qui il a été prescrit un de ces médicaments à l’interrompre sans avoir préalablement pris conseil auprès de leur pharmacien et/ou consulté leur médecin.

Téléchargez la liste au format pdf : ICI

Liste des médicaments classés "à surveiller" :

ACTOS® (laboratoire Takeda) : traitement du diabète de type 2, risques cardio-vasculaires et de cancer de la vessie
ALLI® 60 mg (GSK) : traitement du surpoids, risques de troubles du pancréas et du foie
ARCOXIA® 30 mg & 60mg (MSD Chibret) : traitement de l'arthrose, risques cardio-vasculaires
ARIXTRA® (GSK) : prévention événements thromboemboliques veineux, risques de complications hémorragiques
BLEU PATENTE V (Guerbet) : repérage des vaisseaux lymphatiques et des territoires artériels. Repérage du ganglion sentinelle avant la biopsie chez les patientes ayant un cancer du sein opérable. Risques d'allergie.
BYETTA® (Lilly France) : traitement du diabète de type 2, risques de pancréatites et troubles gastro-intestinaux.
CELANCE® (Lilly France) : traitement de la maladie de parkinson, risques de valvulopathies.
CERVARIX® (GSK) : vaccin contre le col de l'utérus pour la prévention des cancers du col. Surveillance des effets secondaires.
CHAMPIX® (Pfizer) : sevrage tabagique. Révision de l'autorisation de mise sur le marché. Risques de troubles psychiatriques et conduites suicidaires.
CIMZIA® (UCB Pharma) : traitement de la polyarthrite rhumatoïde, risques d'infections.
COLOKIT (laboratoire Mayoly Spindler): préparation colique, risques de troubles rénaux.
CYMBALTA® 30 mg & 60 mg (Lilly) : antidépresseur, risques de troubles hépatiques et de conduites suicidaires.
DI-ANTALVIC® (Sanofi-Aventis France), PROPOFAN® (Sanofi-Aventis France) et génériques : traitement de la douleur d'intensité modérée à sévère ne répondant pas aux antalgiques périphériques seuls. Risques d'addiction au produit. Retrait dès le 1er mars 2011.
EFIENT® (Lilly) : prévention des événements thromboemboliques chez les patients à syndrome coronaire aigu, traités par intervention coronaire percutanée. Risques hémorragiques.
ELLAONE® (HRA Pharma) : contraceptif d'urgence. Risques d'atteinte du foie.
EQUANIL® (Sanofi-Aventis): aide au sevrage chez le sujet alcoolo-dépendant lorsque le rapport bénéfice/risque des benzodiazépines ne paraît pas favorable. Risques de décès par surdosage.
EUCREAS® (Novartis Europharm Ltd) : traitement du diabète de type 2. Risques d'atteinte du foie.
EXJADE (déférasirox) (Novartis Europharm Ltd) : traitement de la surcharge en fer secondaire transfusions fréquentes (béta-thalassémie). Risques de complications rénales.
FENTANYL comprimé ou spray nasal (EFFENTORA®, INSTANYL®, ABSTRAL®) : anti-douleurs, risques d'addiction.
FERRISAT® (Pharmacosmos A/S) : traitement de la carence martiale. Risques de réactions d'hypersensibilité.
FONZYLANE® (Céphalon) & Génériques (buflomédil) : utilisé pour des manifestations douloureuses ("claudication intermittente") de l'artérite au cours de la marche. Risques de toxicité cardiaque et neurologique. Retrait programmé pour février 2011.
GALVUS® (Novartis) : médicament anti-diabétique. Risques d'atteinte du foie.
GARDASIL® (Sanofi-Pasteur MSD) : vaccin contre le papillomavirus pour éviter les cancers du col de l'utérus. Surveillance des effets secondaires.
GLIVEC® (Novartis Europharm Ltd) : traitement dans la leucémie myéloïde chronique (LMC). Risques de cancers secondaires.
HEXAQUINE® (Gomenol) et médicaments contenant de la quinine : crampes. Risques de réactions allergiques et hépatiques graves.
INTRINSA® (Procter&Gamble Pharmaceuticals) : traitement de la baisse du désir sexuel chez les femmes ayant subi une ablation des ovaires et de l’utérus. Risques cardiovasculaires.
ISOTRETINOÏNE (Roaccutane®) (Serp) et génériques : traitement contre l'acné sévère. Révision de l'autorisation de mise sur le marché. Risques de malformation et troubles psychiatriques.
ISENTRESS® (Merck, Sharp & Dohme LTD) : traitement de l’infection par VIH. Risques hépatiques.
JANUMET® (Merck, Sharp & Dohme LTD) : traitement du diabète de type 2. Risques d'atteintes musculaires.
JANUVIA® 100 mg, comprimé pelliculé (Merck, Sharp & Dohme LTD) : traitement pour le diabète de type 2 pour contrôler la glycémie. Risques d'atteintes musculaires.
KETUM® (Menarini) et génériques (kétoprofène topique) : traitement symptomatique des tendinites superficielles, de la traumatologie bénigne, des arthroses des petites articulations, de la lombalgie aiguë, des veinites post-sclérothérapie, en cas de réaction inflammatoire intense. Risques d'allergies.
LANTUS® (Sanofi-Aventis Deut GMBH) : diabète type 1 et diabète de type 2 lorsqu'une insulinothérapie est indiquée. Risques de cancer.
LEVOTHYROX® (Merck Santé) et génériques : hypothyroïdies. Enquête de pharmacovigilance en cours. Signal d'inefficacité des génériques identifié en juin 2010.
LIPIOCIS® (Cis Bio international) : lymphographie, diagnostic des lésions hépatiques, diagnostic par voie artérielle hépatique sélective de l'extension hépatique des lésions malignes hépatiques ou non, embolisation avec colles chirurgicales, prévention des troubles liés aux carences en iode. Risques d'atteintes pulmonaires.
LYRICA® (Pfizer) : traitement des crises épileptiques partielles avec ou sans généralisation secondaire, des douleurs neuropathiques et du trouble anxieux généralisé. Risques cutanés et problèmes oculaires.
MEOPA (oxygène, protoxyde d'azote) (ANTASOL®, ENTONOX®, KALINOX®, OXYNOX®) : analgésie et sédation lors de soins médicaux. Risques d'addiction.
MEPRONIZINE® (Sanofi-Aventis France) : insomnie occasionnelle. Risques de surdosage volontaire.
MÉTHADONE® AP-HP gélule (Bouchara-Recordati) : traitement de substitution des drogues. Risques d'addiction.
MÉTHYLPHENIDATE (RITALINE® (Novartis Pharma SA), CONCERTA® (Janssen Cilag), QUASYM® (Shire France) : trouble de l'attention avec hyperactivité chez l'enfant de + de 6 ans, sans limite d'âge. Risques d'addiction.
MYNOCINE® (Tonipharm) et génériques : traitements anti-infectieux et acné. Risques d'hypersensibilité.
MULTAQ® (Sanofi-Aventis) : traitement pour certains troubles cardiaques. Les patients sont mis sous surveillance. Risques d'atteintes du foie.
NEXEN® (Therabel Lucien) : douleurs aiguës, arthrose douloureuse, dysménorrhées. Risques d'atteintes du foie. Révision de l'autorisation de mise sur le marché.
NITROFURANTOINE (FURANDATINE® (Merck Lipha Santé), FURADOÏNE® (Merck Lipha Santé), MICRODOÏNE® (Gomenol)) : traitement de la cystite aiguë non compliquée de la femme, due à des germes sensibles. Risques pulmonaires et hépatiques.
NOCTRAN® (Menarini) : troubles sévères du sommeil. Risques d'utilisation chronique sans intérêt. Révision de l'autorisation de mise sur le marché.
ONGLYZA® (Bristol-Myers Squibb/AstraZeneca) : traitement pour le diabète de type 2. Surveillance des effets secondaires.
ORENCIA® (Bristol-Myers Squibb) : traitement de la polyarthrite rhumatoïde. risques d'hypersensibilité.
PARLODEL® (Meda Pharma) et génériques : inhibition de la lactation. Risques de complications neuro-vasculaires.
PEDEA® (Orphan Europe) (ibuprofène injectable) : traitement du canal artériel persistant hémodynamiquement significatif chez le nouveau-né prématuré d'âge gestationnel inférieur à 34 semaines. Risque de toxicité pour les reins.
PHOLCODINE et spécialités : traitement symptomatique des toux non productives gênantes. Risques d'allergies.
PRADAXA® (Boehringer-Ingelheim) : traitement pour les patients ayant une prothèse totale de hanche ou de genou. Risques d'allergies et d'atteinte hépatique.
PRAXINOR® (Merck Santé) : hypotension orthostatique. risques d'addictions.
PREVENAR 13® (Pfizer) : vaccin contre les infections à pneumocoque (méningites, pneumonies...) pour les enfants. Suivi renforcé des effets secondaires après mise sur le marché.
PRIMALAN® (Pierre Fabre Medicament) : traitement symptomatique des manifestations allergiques. Troubles du rythme cardiaque. Révision de l'autorisation de mise sur le marché.
PROCORALAN® (Servier) : traitement pour certains troubles du rythme cardiaque. Surveillance renforcée des effets secondaires possibles.
PROTELOS® (Servier) : traitement contre l'ostéoporose post-ménopausique. Risques d'hypersensibilité.
PROTOPIC® (Astellas Pharma Europe BV) : traitement contre la dermatite atopique modérée à sévère. Cas de lymphomes cutanés rapportés.
REVLIMID® (Celgen Europe Limited) : traitement contre le myélome multiple, cancer de la moelle osseuse. Risques d'hypersensibilité. En cours d'évaluation.
RIVOTRIL® (Roche) : traitement de l'épilepsie chez l'adulte et chez l'enfant. Risques d'addiction.
ROACTEMRA® (Roche) : traitement contre la polyarthrite rhumatoïde. Risques d'infections et d'hypersensibilité.
ROHYPNOL® (Roche) : traitement contre les troubles sévères du sommeil. Risques d'addiction.
SORIATANE® (Actavis Group Ptc Ehf) : traitement du psoriasis sévère, dermatoses, lichen plan. Cas de malformations avec traitement pendant la grossesse.
STABLON® (Servier) : anti-dépressif. Risques d'addiction.
STELARA® (Janssen-Cilag) : traitement contre le psoriasis. Surveillance des effets secondaires.
STILNOX® (Sanofi-Aventis France) et génériques : traitement des troubles du sommeil. Risques d'addiction.
SUBUTEX® (Schering-Plough) et génériques : traitement substitutif des pharmacodépendances majeures aux opiacés. Risques d'addiction.
THALIDOMIDE (Celgene) : traitement antitumorales. Suivi renforcé des effets secondaires après mise sur le marché.
TOCTINO® (Basilea Pharma) : traitement de l’eczéma chronique sévère des mains. Suivi renforcé des effets secondaires.
TRAMADOL (spécialités en contenant) : traitement des douleurs modérées à sévères. Risques d'addiction.
TRIVASTAL® (Servier) : déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l'exclusion de la maladie d'Alzheimer et des autres démences), claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs, maladie de Parkinson. Risques de somnolence.
TYSABRI® (Biogen Idec France) : utilisé en centre hospitalier, traitement indiqué dans la sclérose en plaques. Risques d'encéphalopathie.
VALDOXAN® (Servier) : anti-dépresseur. Risques d'atteinte du foie.
VASTAREL® (Servier) : traitement prophylactique de la crise d'angine de poitrine, traitement symptomatique d'appoint des vertiges et des acouphènes, traitement d'appoint des baisses d'acuité et des troubles du champ visuel présumés d'origine vasculaire. Révision de l'autorisation de mise sur le marché. Risques de syndromes parkinsoniens.
VFEND® (Pfizer) : traitement des infections fongiques. Risque potentiel de carcinome épidermoïde.
VICTOZA (Novo Nordisk Pharmaceutique) : traitement du diabète de type 2. Risques de pancréatites et risque de cancer notamment cancer médullaire thyroïdien.
XARELTO 10mg® (Bayer) : traitement des troubles cardio-vasculaires. Risques hémorragiques.
XYREM® (UCB Pharma) : traitement de la maladie du sommeil, dite narcolepsie. Risques d'addiction.
ZYPADHERA® (Lilly) : indiqué dans le traitement des troubles bi-polaires. Risques d'agressivité et de vertiges.
ZYBAN® (Glaxosmithkline) : sevrage tabagique. Risques de troubles psychiatriques.
ZYVOXID® (Pfizer) : traitement contre les infections à bactéries gram + sensibles. Risques d'anémie.

Téléchargez la liste au format pdf : ICI


Selon les autorités sanitaires, la publication de cette liste est "une première en Europe", avant la mise en place d'ici 2013 d'un logo sur les médicaments soumis à surveillance renforcée, à l'initiative des autorités européennes.

Si elle permet une plus grande lisibilité, cette liste est d'abord une "synthèse" de la surveillance actuelle des médicaments, a souligné Fabiennne Bartoli, numéro deux de l'Agence de sécurité sanitaire des médicaments (Afssaps).

"Tous les médicaments sont surveillés" puisqu'ils disposent tous d'une autorisation de mise sur le marché, a rappelé devant la presse le directeur général de la santé Didier Houssin. Les médicaments nouveaux -sauf les génériques- sont en outre l'objet d'un plan de gestion des risques, ce qui entraîne "une évaluation continue".

La "surveillance renforcée" est enclenchée quand la molécule est nouvelle sur le marché, c'est-à-dire "à titre préventif", ou quand il y a "des signaux de risque", a précisé Mme Bartoli. La plupart des vaccins de la liste sont surveillés préventivement.

Qu'un médicament soit sur la liste ne doit pas inciter les patients à "interrompre leur traitement sans en avoir discuté avec leur pharmacien ou leur médecin", a martelé devant la presse le Pr Houssin.

Si ce "complément de surveillance" conduit à une réévaluation défavorable, le produit peut être suspendu nationalement, avant d'être éventuellement interdit par la Commission européenne.

Le Noctran®, utilisé pour les troubles du sommeil et qui recouvre l'association de trois principes actifs "sans intérêt", fait l'objet d'une proposition de retrait qui sera examinée en mars.

Il y a aussi deux médicaments pour lesquels les autorités sanitaires françaises ont déjà donné un avis défavorable mais qui doivent être soumis à avis européen : l'Actos®, un anti-diabétique avec des risques cardio-vasculaires et de cancer de la vessie, et l'Alli®, mal utilisé et avec "une toxicité hépatique potentielle", selon Anne Castot (Afssaps).

Pour six autres médicaments, la réévaluation du rapport bénéfices/risques est en cours, ce qui veut dire, selon Mme Castot, que "le profil de risque est plutôt inquiétant dans les conditions de l'AMM, et qu'il y a donc une réévaluation du bénéfice et des indications". Ce qui pourrait conduire à une modification de l'AMM ou à une suspension. Pour les autres médicaments de la liste, l'Afssaps préconise un maintien du suivi renforcé.

Source : Afssaps, AFP

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 10:05


chourou.jpgavant

دكتوراه في الفيزياء ، حكم بالسجن المؤبد ، أكثرمن 14 سنة من العزلة الإنفرادية   ..! ،
أكثر من 36 إضرابا عن الطعام ..! ، معاناة تواصلت 18 عاماً ..!
*
الاسم و اللقب : الصادق بن حمزة بن حمودة شورو .
*
تاريخ الولادة ومكانها : 10/2/1948
*
المستوى التعليمي : دكتوراه دولة في الفيزياء
*
المهنة : أستاذ محاضر بكلية الطب بتونس و بكلية العلوم بتونس ومدرس بالاكاديمية العسكرية
و عضو نقابة التعليم العالي بالاتحاد العام التونسي للشغل ، عضو لجنة البحث العلمي بالمركز الجامعي للبحث ببرج السدرية .
*
الحالة الاجتماعية : متزوج و له أربع أبناء
-
أسماء مرحلة ثالثة
-
هاجر رابعة جامعة متزوجة
-
وجيه 23 سنة مستوى 6 ثانوي
-
إسلام 6 ثانوي
*
تاريخ الدخول للسجن : 17 فيفري1991 وقع تعذيبه بشكل غير معهود وتم التحقيق معه في مكان لا صلة له بمقرات البوليس المالوفة ( ضيعة فلاحية بمدينة نعسان ) وقد تم نقله الى المستشفى في تلك الفترة في وضعيات خطيرة أصبحت فيهاحياته مهددة بالخطر .
*
الحالة الصحية : روماتيزم +قرح المعد +الام الظهر .
*
الحكم : مدى الحياة ( تم تخفيضها إلى 19 سنة و وقع الإفراج عنه بعد 18 سنة من السجن ليعاد اعتقاله بعد 28 يوما و الحكم عليه بعام سجنا ثم التراجع في قرار السراح الشرطي و إضافة عام آخر من السجن للعقوبة المحكوم بها عليه )
*
السجن الحالي : الناظور- بنزرت ( 60 كم شمال العاصمة تونس)
عاش وضعية العزلة الفردية لأكثر من 14 سنة ..! قضى معظم سجنه في غرفة منفرة ومعزولة في سطح جناح المصحة بسجن9 افريل (الذي تم هدمه 2007) حيث لا صلة له بالعالم الخارجي الا من خلال حراس مخصوصين لم يتم إبدالهم بغيرهم أبداً ولا يسمح لهم بالتحادث معه و لا لغيرهم بـ " الإقتراب منه ..! " ولا الإقتراب من الغرفة رقم 4 بالجناح ( د ) التي يقيم بها في ظروف قاسية اتسمت بالتنكيل والتشفي الذي تجاوزه الى أسرته .. خاض حوالي 36 اضرابا عن الطعام للمطالبة بحقوقه ورفض المظالم المسلطة عليه وعلى اسرته كان اخرهاإضراب بدأه يوم 12 نوفمبر 2007 ودام اكثر من شهر من اجل تنفيذ قرار المحكمة الادارية بارجاع اخيه الدكتور عباس شورو لوظيفته كاستاذ بالجامعة التونسية ولتمكين ابنائه من جوازات سفرهم ولوضع حد للمضايقات التي تعيشها اسرته.
*
العنوان : 8 نهج الطاهر بن عاشور ، الياسمينات ، تونس .
*
الهاتف : 71.301.698 ، 71701778 ، 22645725 ، 20954811

**************************

images-copie-1.jpg

ملحـــــــق :

ـ اُفرج في 5 نوفمبر 2008 عن العشرات من المساجين السياسيين الذين حوكموا في تسعينات القرن الماضي بأحكام ثقيلة في سياق محاكمات لم تتوفر فيها أدنى شروط المحاكمة العادلة وشابها توظيف مفضوح للقضاء للتشفي والإنتقام من الخصوم الفاعلين وقتها في الساحة السياسية، وكان الدكتور الصادق شورو الذي قضى 18 سنة بالسجون التونسية من بين هؤلاء المسرحين .

تونس في 22 أفريل 2009
بعد التراجع في قرارالسراح الشرطي : عام إضافي من السجن للدكتور الصادق شورو ..!

images--1--copie-1.jpgdr-chourou.jpgaprès 20ans détention
أعلمت إدارة سجن الناظور ببنزرت، في بداية هذا الأسبوع ، الدكتور الصادق شورو،الرئيس الأسبق لحركة النهضة، أن قرار السراح الشرطي الذي غادر بموجبه السجن في 5 نوفمبر 2008 قد تم الرجوع عنه، مما يعني أنه يتوجب عليه قضاء عام إضافي في السجن (إتماما للعقوبة الصادرة في حقه في بداية تسعينات القرن الماضي ) بالإضافة إلى العام المحكوم عليه به بتهمة " الإحتفاظ بجمعية غير مرخص فيها " ..!
علما أن الدكتور الصادق شورو قد أوقف في 17 فيفري 1991 و صدر عليه حكم بالسجن المؤبد تم تخفيضه لـ 19 سنة قضى منها 18 سنة .. منها 14 في العزلة الفردية ..!.

ـــ عمد البوليس السياسي الجمعة 21 نوفمبر 2008 إلى احتجاز الدكتور الصادق شورو بمنطقة الشرطة ببنعروس حيث قام مسؤول تم استقدامه من إدارة أمن الدولة بمساءلته حول التصريحات التي أدلى بها للصحف و المواقع الإلكترونية بعد الإفراج عنه، والتنبيه عليه بعدم ممارسة أي نشاط سياسي و بعدم استقبال أعضاء هيئة 18 أكتوبر، كما تم إعلامه بأن تنظيمه لأي احتفال بالإفراج عن آخر دفعة من "المساجين العشريتين" سيُعد عقدا لاجتماع غير مرخص فيه و مخالفة لموجبات السراح الشرطي تستوجب إعادته للسجن .. و بعد 9 ساعات من الإحتجاز التعسفي .. ! تم الإفراج عن السيد الصادق شورو على الساعة السادسة نفس اليوم.

ـ مساء السبت 22 نوفمبر 2008 عمدت جحافل من البوليس السياسي إلى محاصرة مقر إقامته و وضع الحواجز الحديدية بالطرق المؤدية إليه ، كما تم منع ممثلي الأحزاب و الجمعيات المستقلة و المساجين المسرحين من الوصول إلى المنزل تلبية لدعوة السيد الصادق شورو للإحتفال بإطلاق سراح الدفعة الأخيرة من " مساجين العشريتين " ، و قد عبر وفد الحزب الديمقراطي التقدمي و على رأسه الأمينة العامة السيدة مية الجريبي( بعد أن تمكن من الوصول إلى منزل السيد الصادق شورو ) عن تهانيه لجميع المسرحين و إكباره لنضالهم و صمودهم و رفضه للحصار المسلط عليهم

ـ لبى ممثلو الأحزاب و الجمعيات المستقلة و المساجين المسرحين مساء يوم السبت 22 نوفمبر 2008 دعوة الدكتور الصادق شورو للإحتفال بإطلاق سراح الدفعة الأخيرة من " مساجين العشريتين " غير أن حجافل البوليس التي وضع الحواجز الحديدية بالطرق المؤدية إلي محل إقامته، منعت الضيوف من الوصول إليه، وقد عبر وفد الحزب الديمقراطي التقدمي و على رأسه الأمينة العامة السيدة مية الجريبي( بعد أن تمكن من الوصول إلى منزل السيد الصادق شورو ) عن تهانيه لجميع المسرحين و إكباره لنضالهم و صمودهم و رفضه للحصار المسلط عليهم .

ـ وقع إيقافه يوم الإربعاء 3 ديسمبر2008 بمركز أمن القرجاني على ذمة قضية عدلية

ــ تمت إحالته على النيابة يوم الجمعة 5 ديسمبر2008 على خلفية تصريحاته التي أدلى بها لقناة الحوار اللندنية يوم الإثنين 01 ديسمبر 2008 في برنامج« بدون تأشيرة».

ــ تقرر بعد ظهر يوم الجمعة 05 ديسمبر 2008 إحالته بحالة إيقاف على الدائرة الجناحية الثامنة بالمحكمة الإبتدائية بتونس بتهمة ..الإحتفاظ بجمعية غير مرخص فيها.

ـــ قد تطوع عدد كبير من المحامين يقارب الخمسين للدفاع عنه و طلبوا له الإفراج المؤقت و تأخير النظر في القضية لجلسة مقبلة حتى يتمكنوا من الإطلاع على الملف ، و رافع من بينهم أكثر من عشرة محامين لدعم مطلب الإفراج و أجمعوا كلهم على اعتبار المحاكمة محاكمة سياسية و أنه ليس هناك مبرر لإيقافه أو محاكمته ..

ـــ رفض القاضي محمد علي بن شويخة رئيس الدائرة الجناحية الثامنة بالمحكمة الإبتدائية بتونس الإفراج عن الدكتور الصادق شورو الرئيس الأسبق لحركة النهضة والسجين السياسي السابق المحال بتهمة الإحتفاظ بجمعية غير مرخص فيها ( القضية عدد 39848 ).

ـــ أصدرت الدائرة الجناحية الثامنة بالمحكمة الإبتدائية بتونس في 13 ديسمبر2008 حكمها بسجن الدكتور الصادق شورو مدة عام بتهمة " الإحتفاظ بجمعية غير مرخص فيها " على خلفية تصريحاته لمواقع إلكترونية و بعض الفضائيات .

ـــ عمدت إدارة السجون إلى نقل الدكتور الصادق شورو تعسفيا إلى سجن الناظور ببنزرت رغم أن القضاء لا يزال متعهدا بقضيته و أنه موقوف على ذمة المحكمة الإبتدائية بتونس إلى حين النظر في استئناف الحكم الصادر بحقه .

ـــ نظرت السبت 14 مارس 2009 الدائرة الجناحية 14 بمحكمة الاستئناف بتونس برئاسة القاضي طارق شكيوة في القضية التي يحال فيها الدكتور الصادق شورو بتهمة الإحتفاظ بجمعية غير مرخص فيها، بعد ثلاثة أشهر من صدور الحكم الابتدائي بسجنه مدة عام نافذ و قررت تأجيل النظر في القضية لجلسة يوم 28 مارس 2009 استجابة لطلب هيئة الدفاع.

ــ في جلسة يوم 28 مارس 2009 صدر قرار الدائرة الجناحية 14 بمحكمة الاستئناف بتونس بـسجنه عاما كاملا مع النفاذ ، و قد تطوع عدد كبير من المحامين للدفاع عنه وأجمعوا كلهم على اعتبار هذه المحاكمة ذات طبيعة سياسية و خلفية كيدية و أسس ..واهية ..!

***************

Capt

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 11:14

 

Dioxine. La viande allemande boycottée, enquête en cours...

La viande, mais aussi les œufs allemands, sur la liste noire de certains pays. /Photo AFP
La viande, mais aussi les œufs allemands, sur la liste noire de certains pays. /Photo AFP
La viande, mais aussi les œufs allemands, sur la liste noire de certains pays. /Photo AFP

Trois pays, la Corée du sud, la Russie et la Slovaquie, ont pris hier les premières mesures de précaution contre les viandes importées d'Allemagne, où des milliers d'élevages de poules et de porcs sont fermés en raison d'une contamination d'aliments pour animaux à la dioxine. Séoul a notamment annoncé à l'Union européenne sa décision de suspendre les importations de viande de porc allemande. Une mesure aussitôt qualifiée de disproportionnée par la Commission européenne. La Slovaquie a quant à elle suspendu temporairement la vente d'œufs et de viande de volaille importés d'Allemagne et ordonné des contrôles dans ses magasins et entrepôts. La Russie enfin a fait savoir qu'elle avait renforcé ses contrôles sur la viande en provenance d'Allemagne et d'autres pays européens, sans toutefois préciser lesquels. Pour l'heure, aucun pays dans l'Union européenne n'a pris de mesures spécifiques de cet ordre.

Une enquête en cours

Si la cause de la contamination n'est pas connue, les autorités allemandes soupçonnent une origine « criminelle «. Selon les autorités de Basse-Saxe, le fabricant de graisses pour aliments à bétail Harles und Jentzsch pourrait effectivement avoir trompé ses clients en « transformant des acides gras de faible qualité en aliments à bétail chers ».

 

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article