Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : taysir assistance
  • taysir assistance
  • : medicalised transport,medical assistance, plastic surgery
  • Contact

STOP II

Rechercher

         187882 146207682119751 1124221 n

شكرا للزيارتكم

3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 10:52

Tariq Shadid is a Palestinian general surgeon, currently working as the head of department in a hospital in the Middle East. He was born and raised in the Netherlands, and wrote numerous articles of political analysis for the Palestine Chronicle in the first years of the Al Aqsa Intifada, which are now bundled in the book “Understanding Palestine“, available on Amazon. For several years, he was an active board member of the Dutch organization “Stop de Bezetting” (Stop the Occupation) headed by prominent pro-Palestine activist Gretta Duisenberg. For almost five years, he was the official media spokesperson for the board of the Palestinian Community in the Netherlands (PGN), and became a well-known defender of the Palestinian cause in Dutch national media such as television, radio and newspapers. He is also a prolific singer/songwriter and producer of songs for the Palestinian cause, which can be found on his website at http://www.docjazz.com.

 

Let us ponder for a second about the meaning of ‘leaking’. When something is leaking, it is usually understood that some fluid substance that is supposed to be flowing in a certain direction, is escaping from its designed route because of a defect in the structure that was built to guide it. Usually, if you have a leaking pipe in your water system, your main problem is that you are unable to control the flow of it, and water goes into directions where you don’t want it to be going.

However, the definition of ‘Wikileaking’ seems to be following entirely different laws of nature. Indeed, the information is flowing away from the secret pipelines it was originally guided into. However, the strange thing about ‘Wikileaking’ is that Israel, a country widely known for its secret dealings and cunning intelligence service, is managing to keep dry feet in spite of the massive political flooding allegedly caused by Wikileaks’ founding father, Julian Assange.

The lack of control that is so typical of other forms of ‘leaking’, certainly does not seem to apply to ‘Wikileaking’ – instead it looks like it is under perfect control, and carefully guided in such a way that it only serves the interests of one state, namely that of Israel.

Assange takes a leak, the world jumps up

Barely a country in the world that is actively involved in Middle East and other international affairs, either by choice or by geographical location, has been spared by Assange’s latest opening of his Pandora’s box of revelations. It is hard to visit a news source these days, without the word ‘Wikileaks’ jumping into your view at least once, and revealing some scandalous backdoor deal, secret agreement or embarrassing hidden relationship between governments who on the surface seem to be diametrically opposed to each other in the political spectrum.

Since the list of countries that have faced these embarrassments includes Obama’s United States, many anti-imperialist activists around the world have been anxiously awaiting the latest leaks, and are now engaging in discussions about the implications of many of these so-called astounding revelations. Julian Assange is being hailed worldwide by people who are critical of their governments as the activist who was able to embarrass governments, helped only by a small group of independent supporters. His star is rising rapidly, and although sounds of cynicism can be heard here and there, the overwhelming noise resounding in progressive circles is one of loud cheers for this long-awaited ‘champion of the ordinary man’.

What many seem to fail to be noticing however, is that although the list of countries that were painfully embarrassed by the publication of their secret cables, memo’s and meetings, includes the Palestinian Authority, Saudi Arabia and other Gulf states, Egypt and the United States – where Obama is suffering from serious problems from a ‘Tea Party’ he was not invited to – one of the main actors in the dirty political game of Middle East animosities and alliances is remaining completely unharmed: Israel.

Much ado about old news

What are Wikileaks telling us? That Saudi Arabia poured oil on the flames against Iran? We already knew that. That Abbas’ administration as well as the Egyptian government were very well informed about Israel’s genocidal military assault on Gaza in the winter of 2009? There is nothing new about that either. The list goes on and on, and the main victims of embarrassment are leaders of Arab governments. But what is so new about that? Doesn’t almost every Arab in the world who reads newspapers, watches Al Jazeera and has a certain degree of understanding of Middle East politics, already know about the extent and scope of secret relations in the region? Even many people living outside of the Arab world are largely aware of this.

Oana Lungescu, spokeswoman for NATO, called Wikileaks’ revelations about the presence of American nuclear missiles in Europe – mainly the Netherlands, Belgium and Germany – ‘dangerous’ on November 29. Why exactly would something be dangerous, if it is a commonly known fact that has now only been confirmed yet again? Didn’t earlier revelations have no effect, so why would these new ones do that? Does the fact that Obama, Sarkozy, and the Chinese leadership all have condemned Wikileaks and its founder, make any significant difference?

The answer to these questions is: yes, these revelations are indeed causing unpleasant domestic situations all around the world, and creating electoral problems and other political embarrassments for governments everywhere – except in one place, namely Israel.

No worries: Assange will tell you who to trust

Julian Assange, ‘master revealer’ of international conspiracies, apparently also is highly irritated by people questioning the events of 9/11. In an interview in the Belfast Telegraph on July 19, 2010, he was asked about the 9/11 attack, and answered: “I’m constantly annoyed that people are distracted by false conspiracies such as 9/11, when all around we provide evidence of real conspiracies, for war or mass financial fraud.”

Apparently Julian ‘Robin Hood’ Assange finds the story of pilots who fly an airplane full of people straight into a humongous skyscraper full of unsuspecting citizens, just because some hysterical hijacker is holding a box-cutter against their jugular veins, perfectly believable. He apparently also believes that when you fly an airplane into the top floors of one of the world’s largest buildings, in a horizontal direction, the building will not only spontaneously collapse all the way down to its basement in a vertical direction, but will indeed be transformed into a powdery dust, not leaving behind even one piece of debris that is larger than a ballpoint pen – except of course the completely undamaged passport of one of the alleged hijackers, that was miraculously found among the ruins of the World Trade Center.

Unless you, dear reader, also believe in fairy tales, this should certainly make you wonder. So much for your credibility, mr Assange.

Cui Bono?

In politics there is a golden rule for understanding what may be the driving force behind unexpected mysterious events. This rule is known as ‘Cui Bono’, which is Latin for: ‘who benefits?’

Browse through all the news sources available on the latest Wikileaks revelation, and try to find even only one revelation that actually damages Israel, even though so many of the revealed documents are directly or indirectly connected to Middle East politics, and to a large extent to Israeli affairs. Did you find any document among them that either creates difficulties for the government of the zionist entity, or even slightly embarrasses it? Think about it well, you will find that the answer is a very simple “No”.

Does it not strike you as interesting or remarkable, that many of the revelations about Middle East affairs are of direct benefit to Israel? If it hasn’t, read them again, and give it some thought.

Cui bono? Israel. Therefore, who is the prime suspect behind the phenomenon ‘Julian Assange’? You tell me, or just prove me wrong by showing me one Wikileaks document that would make Binjamin Netanyahu and his rogue companions scratch their heads, or even become only slightly uncomfortable. My suspicion grows stronger every day, and is not deterred by Interpol’s announcement on December 1 that Julian Assange is wanted for an alleged sexual harassment case in Sweden. It is obvious that he is a man who has angered many people of power, regardless of whether he is actually guilty in that harassment case or not. The problem however is that none of these people of power are Israeli, and that says a lot. You never bite the hand that feeds you, do you, Julian?

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 10:44

 
Par Tariq Shadid 
Tariq Shadid est un chirurgien palestinien, qui travaille actuellement comme chef de service dans un hôpital au Moyen-Orient. Il est né et a grandi aux Pays-Bas, et a écrit de nombreux articles d'analyse politique pour "Palestine Chronicle" dans les premières années de l'Intifada Al Aqsa, qui sont maintenant regroupés dans le livre "Understanding Palestine", disponible sur Amazon. Pendant plusieurs années, il a fait activement partie du conseil d'administration de l'organisation néerlandaise "de Bezetting Stop" (Stop à l'occupation), dirigée par l'éminente militante pro-palestinienne Gretta Duisenberg. Pendant presque cinq ans, il a été le porte-parole officiel pour les médias du conseil d'administration de la Communauté Palestinienne aux Pays-Bas (PGN), et est devenu un défenseur bien connu de la cause palestinienne dans les médias nationaux néerlandais tels que la télévision, la radio et les journaux. Chanteur-auteur-compositeur prolifique, il produit des chansons sur la cause palestinienne, qu'on peut trouver sur son site internetDocJazz.


Réfléchissons un instant au sens de "fuir". Quand quelque chose fuit, on comprend habituellement qu'une substance fluide supposée couler dans une certaine direction s'échappe de sa trajectoire prévue à cause d'un défaut de la structure construite pour la guider. Habituellement, si un tuyau fuit dans votre circuit d'eau, votre problème principal est que vous ne parvenez pas à contrôler son débit, et l'eau va dans des directions où vous ne voulez pas qu'elle aille. 


 

Toutefois, la définition du "Wikileaking" semble suivre des lois naturelles entièrement différentes. Bien sûr, les informations fuient des conduites secrètes où elles s'écoulaient avant. Cependant, ce qui est étrange au sujet du "Wikileaking", c'est qu'Israël, pays bien connu pour ses tractations secrètes et son service de renseignement rusé, parvient à garder les pieds au sec, en dépit de l'inondation politique massive soi-disant provoquée par le père fondateur de Wikileaks, Julian Assange. La perte de contrôle qui est si typique des autres formes de "fuites" ne semble pas s'appliquer au Wikileaking – au lieu de cela, les fuites semblent être sous contrôle parfait, et soigneusement guidées de telle façon qu'elles ne servent les intérêts que d'un seul Etat, à savoir celui d'Israël.

Assange pisse, le monde bondit

Pratiquement aucun pays au monde activement impliqué au Moyen-Orient et autres affaires internationales, soit par choix soit par situation géographique, n'a été épargné par les dernières ouvertures de la boîte de Pandore de révélations d'Assange. Difficile de parcourir une source d'information, ces jours-ci, sans que le mot "Wikileaks" ne vous saute aux yeux au moins une fois, révélant quelque combine scandaleuse de coulisses, accord secret ou relation cachée embarrassante entre gouvernements qui, en surface, semblent être diamétralement opposés les uns des autres dans le paysage politique.

Depuis que la liste des pays confrontés à ces embarras inclut les Etats-Unis d'Obama, beaucoup d'activistes anti-impérialistes du monde entier attendent anxieusement les dernières fuites, et se lancent maintenant dans des discussions sur les implications de nombre de ces révélations prétendument fracassantes. Julian Assange est salué dans le monde entier par des gens qui critiquent leurs gouvernements comme l'activiste qui a été capable d'embarrasser des gouvernements, seulement aidé par un petit groupe de supporters indépendants. Son étoile s'élève rapidement, et bien qu'on puisse entendre ça et là quelques notes cyniques, le bruit retentissant omniprésent dans les cercles progressistes est celui d'applaudissements fournis pour ce "champion de l'homme ordinaire" tant attendu.

Ce que beaucoup semblent ne pas remarquer cependant, c'est que bien que la liste des pays qui ont été douloureusement embarrassés par la publication de leurs câbles secrets et notes de réunions, comprennent l'Autorité Palestinienne, l'Arabie Saoudite et autres Etats du Golfe, l'Egypte et les Etats-Unis – où Obama souffre de graves problèmes à cause d'une réunion du "Tea Party" où il n'a pas été invité – un des principaux acteurs du jeu politique peu ragoûtant des animosités et alliances du Moyen-Orient reste complètement indemne : Israël.

Beaucoup de bruit pour de vieilles nouvelles

Que nous dit
 Wikileaks ? Que l'Arabie Saoudite a versé de l'huile sur le feu contre l'Iran ? Nous le savions déjà. Que l'administration d'Abbas, comme le gouvernement égyptien, était parfaitement au courant de l'attaque militaire génocidaire d'Israël sur Gaza l'hiver 2009 ? Il n'y a rien de neuf là non plus. La liste s'allonge encore et encore, et les principales victimes de l'embarras sont les dirigeants des gouvernements arabes. Mais qu'est-ce que tout ceci a de bien neuf ? Est-ce que chaque arabe dans le monde qui lit les journaux, regarde Al-Jazeera et a un certain niveau de compréhension des politiques moyen-orientales, ne connait pas déjà l'étendue et la portée des relations secrètes dans la région ? Même les gens qui vivent en dehors du monde arabe sont largement au courant de tout ceci.

Oana Lungescu, porte-parole de l'OTAN, a dit le 29 novembre que les révélations de
 Wikileaks sur la présence de missiles nucléaires américains en Europe – principalement aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne – étaient "dangereuses". Pourquoi exactement quelque chose serait dangereux, si c'est un fait bien connu qui n'a été confirmé encore qu'une fois ? Si des révélations antérieures n'ont eu aucun effet, pourquoi ces nouvelles en auraient ? Est-ce que le fait qu'Obama, Sarkozy et les dirigeants chinois aient tous condamné Wikileaks et son créateur fait une différence significative ? La réponse à ces questions est : oui, ces révélations provoquent bien sûr des situations internes désagréables dans le monde entier, et créent des problèmes électoraux et des embarras politiques pour les gouvernements partout – sauf dans un endroit, Israël.

Pas de soucis : Assange vous dira à qui faire confiance

Julian Assange, le "maître en révélation" des conspirations internationales, semble être hautement irrité par les gens qui remettent en question les événements du 11 septembre. Dans un entretien avec le
 Belfast Telegraph, le 19 juillet 2010, interrogé sur l'attaque du 11/9, il a répondu : "Je suis toujours agacé que des gens soient distraits par de fausses conspirations comme le 11/9, quand nous fournissons des preuves de conspirations réelles, sur la guerre ou sur des fraudes financières massives."

Apparemment, Julian "Robin des Bois" Assange trouve l'histoire de pilotes qui ont foncé, avec leur avion directement dans un gratte-ciel gigantesque plein de citoyens sans méfiance, juste parce qu'un pirate de l'air hystérique tenait un cutter contre leur veine jugulaire parfaitement crédible. Il croit aussi, semble-t-il, que lorsque vous éventrez en avion les étages supérieurs d'un des plus grands immeubles du monde, à l'horizontale, le bâtiment ne va pas seulement s'effondrer spontanément sur son socle, à la verticale, mais sera aussi bien sûr transformé en menue poussière, ne laissant pas même un morceau de débris plus gros qu'une pointe de stylo à bille – à part bien sûr le passeport intact d'un des soi-disant pirates de l'air, qui a été miraculeusement trouvé intact dans les ruines du World Trade Center.

A moins que vous aussi, cher lecteur, ne croyiez aux contes de fée, cela devrait certainement vous faire vous poser quelques questions. Tant pis pour votre crédibilité, M. Assange.

Cui Bono ?

En politique, il y a une règle d'or pour comprendre ce qui peut être la force motrice qui se cache derrière des événements mystérieux et inattendus. Cette règle est connue sous le nom de "Cui Bono", en latin "bon pour qui" ["A qui profite le crime ?", ndt].

Naviguez à travers toutes les sources d'information disponibles sur les dernières révélations de
 Wikileaks, et essayez de trouver une seule révélation qui fasse réellement du tort à Israël, alors même que tant de documents révélés sont directement ou indirectement reliés aux politiques du Moyen-Orient, et, dans une large mesure, aux affaires israéliennes. Avez-vous trouvé le moindre document qui crée des difficultés au gouvernement de l'entité sioniste, ou même l'embarrasse légèrement ? Réfléchissez, et vous vous rendrez compte que la réponse est un très simple "non".

Ne trouvez-vous pas intéressant ou remarquable que beaucoup des révélations concernant les affaires du Moyen-Orient bénéficient directement à Israël ? Si ça ne vous a pas frappé, relisez-les et pensez-y.

Cui bono
 ? Israël. Par conséquent, qui est le premier suspect derrière le phénomène "Julian Assange" ? Dites-le moi, ou prouvez-moi juste que je me trompe en me montrant un document Wikileaks 
qui feraient s'arracher les cheveux à Benjamin Netanyahu et à ses compagnons voyous , ou même les mettraient légèrement mal à l'aise. Mes soupçons se renforcent chaque jour, et l'annonce d'Interpol du 1er décembre selon laquelle Julian Assange est recherché pour une affaire de harcèlement sexuel en Suède ne les écarte pas. Il est évident qu'il est l'homme qui a provoqué la colère de beaucoup de gens au pouvoir, indépendamment du fait qu'il est ou non coupable dans cette affaire de harcèlement. Le problème cependant est qu'aucun de ces personnages au pouvoir n'est israélien, ce qui en dit long. Vous ne mordez pas la main qui vous nourrit, n'est-ce pas, Julian ?


Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 21:42

Le Pr Mohamed Chelli n’est plus

Le Pr Mohamed Chelli n’est plus

 

 

رحم الله الفقيد أستاذنا محمد الشلي ورزق أهله و ذويه و جميع الأسرة الطبية جميل الصبر و السلوان

انا لله وإنا إليه راجعون و لا حول ولا قوة إلا بالله 

L’Ecole tunisienne de chirurgie gynécologique et d’obstétrique à haut risque est en deuil. Son père fondateur, le professeur Mohamed Chelli, s’est éteint hier à l’âge de 80 ans.
Premier chef de service de gynécologie-obstétrique tunisien de l’hôpital Charles-Nicolle de Tunis, après avoir occupé le poste de chef de clinique en gynécologie à l’hôpital Foch, à Paris, le regretté Dr Mohamed Chelli a fait partie du premier noyau fondateur de la faculté de Médecine de Tunis et a échafaudé les programmes d’enseignement de la gynécologie et de formation des gynécologues et des sages-femmes dès 1965.
Initiateur et concepteur du Centre de maternité et de néonatologie de Tunis, où il dirigea le premier service A de gynécologie-obstétrique de 1980 à 1985, il présida ensuite aux destinées du service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Aziza-Othmana jusqu’à l’année 1988, date à laquelle il s’installa dans le secteur libéral. De nombreuses générations de médecins et de gynécologues lui doivent leur formation.
Citoyen responsable et dévoué, le regretté Mohamed Chelli s’est engagé pleinement dans le programme national du planning familial dès 1966.
Premier président de la Société tunisienne de gynécologie-obstétrique, il fut l’auteur de nombreux manuels scientifiques et aura été, ainsi, un de ces phares dont la médecine tunisienne peut tirer orgueil et fierté.
Paix à son âme.

Toute l'équipe deTaysir assistance est profondément touché par cette disparition et presente ces condoléances à sa famille et tout particulièrement à son épouse, le professeur Hela Chelli.

 

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 22:19

New sensor nanotechnology simplifies disease detection

 

Nanotechsensordevice.jpgتمكن باحثون في جامعة ستوني بروك    Stony Brook University من تطوير مجس نانوي جديد قد يحدث ثورة في عالم الطب الشخصي حيث سيجعل من الممكن تشخيص ومراقبة مرض ما لحظيا بمجرد التنفس لمرة واحدة في جهاز صغير محمول باليد.

بحث جديد بعنوان مجس نانوي لقياس مستوى الاسيتون في النفس سوف ينشره الناشرون العلميون الأمريكيون في اكتوبر من العام الجاري 2010 في منشورات المجسات. تبعا لما صرحت به الباحثة الرئيسية في المجموعة ومديرة مركز تطوير المجسات والمواد النانوية الدكتورة Perena Gouma فان هذا المجس الجديد قد صمم بحيث يمكن الأفراد العاديين من مراقبة بعض الغازات مثل الاسيتون باستخدام مجساتهم الخاصة البسيطة والغير مكلفة والتي تعتمد على قياس الغازات في النفس.

 

هذا المجس هو عبارة عن أداه تشخيص للنفس لمراقبة الأمراض أو عمليات الأيض والتي يمكن أن تستخدم لفحص مستوى الكوليسترول أو السكر وحتى سرطان الرئة. يعرف سرطان الرئة بالقاتل الصامت والذي يتم الكشف عنه عادة في المراحل المتأخرة ولكن على خلاف ذلك فمن الممكن التعرف على بعض العلامات في النفس والتي تعتبر من الاشارات المبكرة للمرض.

اذا أصبح من الممكن قياس الغازات التي تشير الى وجود الأمراض بسهولة فان هذا سوف يمكن الأفراد من مراقبة حالتهم الصحية بأنفسهم كما سيسهل عملية مراقبة بعض الأمراض مثل مرض السكري. حاليا، تتم مراقبة مستوى السكر من خلال قياسه في الدم ولكن الطريقة الجديدة تمكن الأفراد من فحص أنفسهم ببساطة حيث أن كل ما هو مطلوب منهم هو التنفس مرة في هذا الجهاز الجديد.

يوجد في النفس أكثر من 300 مركب البعض منها تم اعتماده كمؤشر للاصابة بمرض معين. الطريقة الوحيدة التي يمكن من خلالها الاستفادة من هذه المؤشرات هو من خلال استخدام مجسات خاصة حساسة لكل غاز بعينه. وهذا هو ما اعتبرته الدكتورة Perena Gouma خرق في عالم التكنولوجيا حيث تمكنوا من تطوير مجسات رخيصة الثمن قادرة على قياس غاز بعينه او عائلة معينة من الغازات وتمييز هذا الغاز عن باقي الغازات الأخرى.

لكي يتم الكشف عن مرض معين، يجب تحديد المجس الخاص به. على سبيل المثال، ان كان اكسيد النيتروجين غاز ذو علاقة بمرض الأزمة الصدرية فان ما نحتاجه هو مجس حساس لغاز أكسيد النيتروجين. واذا كان غاز الاسيتون مهم لمرض السكري فنلجأ لاستخدام مجس حساس لغاز الاسيتون. أضافت دكتورة Perena Goumaأن هذه المجسات أكثر تطورا من المجسات المستخدمة من قبل الشرطة للكشف عن وجود الكحول في النفس حيث ان هذه الأخيرة غير حساسة لغاز معين ولكنها تعطي اشارات شبه متماثلة مع العديد من الغازات.

هذا البحث ممول من قبل المؤسسة الأهلية للعلوم ويعتبر الان في المرحلة النهائية السابقة لاستخدامه طبيا لتشخيص مرض السكري.

 

http://www.physorg.com/news205436500.html

ترجمة  د. حازم فلاح سكيك

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 21:49

مليون وثمانمائة ألف وفاة بـ "الإيدز" في عام ألفين وتسعة


أظهر تقرير جديد للأمم المتحدة تراجع حجم الإصابات بفيروس نقص المناعة المكتسبة "الإيدز" بنحو 20 بالمائة على مدار العقد الماضي، كما تراجعت الوفيات الناجمة عن الإصابة بالمرض بواقع واحد من كل ستة أشخاص، خلال السنوات الخمسة الأخيرة.

 

وجاء في تقرير برنامج الأمم المتحدة لمكافحة الإيدز لعام 2010، أن عدد الإصابات الجديدة بفيروس HIV   بلغ حوالى 2.6 مليون حالة إصابة، مقارنة بما يقرب من 3.1 مليون حالة في عام 1999، كما أشار إلى أن وفاة نحو 1.8 مليون شخص نتيجة الأمراض المرتبطة بالإيدز في عام 2009.

 

واعتبر التقرير أن هذا العدد يقل عن حالات الوفاة المسجلة قبل نحو خمس سنوات، أي في عام 2004، والذي شهد وفاة ما لا يقل عن 2.1 مليون شخص، نتيجة أمراض لها علاقة بفيروس الإيدز.

 

كما أظهر التقرير تراجع معدلات الإصابة بالإيدز بين صغار السن في أكثر 15 دولة ينتشر بها المرض، بنحو 25 في المائة، مشيراً إلى أن هذا التراجع جاء نتيجة تنفيذ برامج توعية لهؤلاء الصغار بالممارسات الجنسية الأكثر أمناً.

 

وقال ميشيل سيدي بيه، المدير التنفيذي لبرنامج الأمم المتحدة لمكافحة الإيدز: "لقد نجحنا في كسر ارتفاع مؤشر انتشار مرض الإيدز، من خلال تنفيذ بعض الإجراءات واتخاذ خطوات فعالة"، وأضاف أن "التحدي الذي نواجهه الآن هو كيف يمكننا أن نواصل معاً إحراز مزيد من التقدم."

 

ويتضمن تقرير 2010 رصداً لمعدلات انتشار مرض الإيدز في نحو 182 دولة، ولكن التقرير، رغم المؤشرات الإيجابية التي يحملها، فقد تضمن أيضاً بعض الأخبار السيئة.

 

ومازالت دول منطقة إقليم الصحراء الأفريقية تسجل أكثر معدلات الإصابة بمرض الإيدز، بمعدل يصل إلى 69 في المائة من إجمالي الإصابات الجديدة المسجلة، وفق التقرير.

 

كما أظهر التقرير أيضاً ارتفاع معدلات الإصابة بالمرض بنحو 25 في المائة في سبع دول، يقع معظمها في شرق أوروبا ووسط آسيا.

 

 

 

 

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 19:48

 

Il a pris beaucoup de hauteur en participant à la construction de sondes spatiales, dans le cadre du programme d’exploration de la planète Mars, lancé par la NASA. Il remet désormais les pieds sur terre pour mettre ses compétences au profit de son pays, la Tunisie, et de ses coreligionnaires.

Mohamed Al Awsat Ayari.

Mohamed Al Awsat Ayari.

 

voir aussi Entretien sur la chaine France 24

PAR WALID KÉFI, TUNIS

 

Les images d’une grande netteté transmises par les sondes spatiales Spirit et Opportunity, qui parcourent le sol de Mars depuis janvier 2004, ont laissé le nom d’un Tunisien sur cette page de l’histoire de la conquête de l’espace : Mohamed Al Awsat Ayari. Cet ingénieur a conçu les spectromètres de deux robots envoyés vers la planète rouge, dans le cadre de la mission Mars Exploration Rover, lancée par la NASA. Ces spectromètres résistants aux températures très basses de l’hiver martien ont permis la transmission d’images en couleurs et en trois dimensions qui ont confirmé la présence ancienne et prolongée de l’eau et d’une forme de vie microbienne sur Mars. L’ingénieur spécialisé dans la mécanique appliquée n’était pas, alors, à sa première prouesse. « Dès sa mise en orbite en 1990, Hubble a fourni des images d’une qualité médiocre en raison d’un grave défaut dans son miroir principal, dont les bords avaient été trop aplatis. Ma mission, qui consistait à concevoir un ensemble de miroirs correctifs, était délicate, mais trop passionnante », se rappelle-t-il.


Brillantes études

Depuis son arrivée aux Etats-Unis en 1984, Mohamed Al Awsat Ayari voit sa carrière évoluer à la vitesse de la lumière, l’unité de mesure dans le monde de l’astronomie. D’un simple enseignant en mécanique appliquée à l’Université de Montréal, il s’est hissé au rang de chef de la division des structures aérospatiales à l’agence américaine. Rien ne semblait, pourtant, prédisposer l’enfant né le 10 novembre 1958 à Hammam-Lif, un quartier populaire au sud de Tunis, à un tel parcours. Son père, un imam de mosquée, voulait que son fils cadet intègre une université de théologie. Le destin en a voulu autrement. L’enfant n’était pas doué dans la mémorisation du Coran et des récits du prophète.

Baccalauréat en poche, Mohamed Al Awsat intègre l’Ecole nationale des ingénieurs de Tunis (ENIT), où il décroche son diplôme d’ingénieur spécialisé en génie civil, en 1983. Alors que tous ses enseignants lui conseillent de poursuivre ses études en France, il opte pour les Etats-Unis. A l’Université de Colorado, il choisit la branche de la mécanique appliquée. En 1988, il décroche son doctorat grâce à une thèse sur l’étude des comportements de fissuration dans les corps solides (métaux, pierre, béton...) lors des tremblements de terre, des bombardements ou en raison des phénomènes de chaleur ou de froid extrêmes. Grâce à ce sujet de thèse, fort intéressant, il est coopté par l’Université de Montréal en tant qu’enseignant, ainsi que par plusieurs centres de recherche, où il travaille notamment sur l’élaboration de nouvelles normes dans le domaine de la construction des ponts et d’enfouissement des déchets nucléaires dans les mines profondes.

 

Créativité et innovation

En 1992, il s’attaque avec d’autres chercheurs, dont certains de ses étudiants, à l’étude du comportement thermique et de résistance des structures aérospatiales. C’est là qu’il est repéré par la NASA, qu’il intègre trois ans plus tard. A l’occasion de la réparation de Hubble Space Telescope, il crève les écrans grâce à sa créativité et à son innovation. L’ensemble des miroirs correctifs qu’il a conçu a permis de transmettre des images beaucoup plus nettes, qui ont confirmé plusieurs théories comme la gravitation des planètes autour d’étoiles autres que le soleil ou, encore, la présence de trous noirs dans le centre de la plupart des galaxies.

Mais le plus important coup d’éclat de l’ingénieur reste la conception des spectromètres des sondes spatiales Spirit et Opportunity. L’ingénieur quinquagénaire travaille désormais sur l’amélioration des capacités du télescope de nouvelle génération JWST (James Webb Space Telescope), dont le lancement est prévu maintenant, au plus tôt, en 2014.

 

Energies renouvelables

Contacté en 2006 par une cellule du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la technologie, chargée de mobiliser les cadres tunisiens hautement qualifiés résidant à l’étranger, il a répondu à l’appel du pays. Il est actuellement en train de réaliser des projets dans le domaine des énergies renouvelables en Tunisie, en association avec l’entreprise américaine spécialisée Red Stone. C’est sa façon de répondre à ceux qui estiment qu’il est le symbole de la fuite des cerveaux. « Quel que soit le lieu où ils se trouvent, les cerveaux africains peuvent contribuer au développement de leurs pays. Au lieu de se mordre les doigts de voir les enfants du continent rayonner ailleurs, nos gouvernements sont appelés à prendre langue avec ces compétences pour les convaincre de participer à la construction d’une nouvelle Afrique, où l’homme doit figurer au centre des stratégies de développement, jusqu’ici axées essentiellement sur l’extraction et la valorisation des matières premières. Ils doivent également investir davantage dans la formation des ressources humaines et la création de centres de recherche pour donner aux générations futures les moyens de travailler sans émigrer », plaide-t-il.

 

Unifier le début des mois lunaires

« Vous ne faites rien pour que les musulmans s’accordent sur la naissance du croissant annonçant le début du mois de Ramadan. »

Outre ses projets de production d’énergie solaire en Tunisie, le chef de la division des structures aérospatiales à la NASA vient de finaliser un projet qui lui tient à cœur depuis plusieurs années : un télescope qui permet de détecter l’apparition du croissant marquant le début des mois lunaires, en temps réel, quelles que soient les conditions météorologiques. « Je voulais contribuer à mettre fin aux divergences qui opposent chaque année mes coreligionnaires sur le jour de début du Ramadan et les dates exactes des fêtes religieuses », précise-t-il. La conception du télescope baptisé Al-shahed (le témoin en arabe) est en quelque sorte le fruit d’un pur hasard. Lors d’un séjour chez ses parents, en 2005, Mohamed Al Awssat a eu la surprise de recevoir la visite d’une petite voisine, une fillette de quatorze ans, qui vient lui lancer un défi : « Vous les scientifiques, vous inventez les satellites et un tas de choses que vous placez sur les planètes, mais vous ne faites rien pour que les musulmans s’accordent sur la naissance du croissant annonçant le début du mois de Ramadan. Les uns prétendent le voir. Les autres pas, et le résultat, c’est que les uns et les autres commencent le jeûne avec toujours une différence d’un jour, voire plus… ». Très surpris, Mohamed Al Awssat est presque gêné : « Ecoute mon enfant. Je ne vois pas maintenant ce que je peux faire, mais je promets d’y réfléchir… », répondit-il. Ce n’était pas une promesse en l’air. Trois années plus tard, l’ingénieur parvient à concevoir et à mettre au point un télescope qui permet une détection précise de la naissance du croissant, dont le coût s’élève à près de 60 millions de dollars. L’instrument d’observation, présenté lors d’un congrès scientifique tenu à Marseille, sera adopté par les pays musulmans à partir de l’année prochaine. Le nouveau système a été financé par des centres de recherche américains. D’autant plus, que son champ d’utilisation s’étend à d’autres applications, notamment la mesure de la pollution dans l’espace et l’observation du phénomène de la désertification partout dans le monde.

 


مسؤولو نظام الحكم البائد سدوا أمامي أبواب خدمة تونس
 

الأمريكان عبروا لي عن إعجابهم الشديد بثورة الشعب ـ أكد العالم التونسي محمد الأوسط العياري في اتصال   له من أمريكا بالاذاعة الوطنية مع الاعلاميين وليد التليلي وأماني بولعراس أنه فخور بثورة الكرامة التي جعلته «يمشي باعتزاز كبير وينتابه شعور لا مثيل له». فهذه الثورة الهادئة التي تجسدت بفضل ارادة الشعب ودماء الشهداء الأحرار نحتت في صفحات التاريخ بأحرف ذهبية براقة. واستطرد قائلا «أعتز بك ايها الشعب العظيم ولا تتصوروا مدى شوقي لاستنشاق نسمات الحرية على ارض الخضراء».

 

وكشف العياري ان عديد العلماء الأمريكيين عبروا له عن اعجابهم الشديد واحترامهم الكبير للانجاز العظيم الذي فاجأ كبار المحللين السياسيين ولم يتوقعه المفكرون والخبراء المحنكون .فالتاريخ وحده سيظهر قيمة ثورة الكرامة والديموقراطة التي عكست لكل شعوب العالم مدى نضج الشعب التونسي بمختلف اطيافه.

 

ولم يخف هذا العالم سعادته البالغة بسقوط النظام البائد الذي نهب البلاد وروع العباد وسبب له خيبة أمل كبيرة حيث أوضح أنه حاول في السابق افادة تونس بعديد المشاريع الهامة لكن مسؤولو عهد الطاغية المخلوع سدوا أمامه الابواب وعرقلوه .وشدد على انه اليوم على اتم الاستعداد لتقديم المساعدة لوطنه مهما كان المجال الذي يطلب منه .

وأبرز ملاحظنا أنه يتوجب على كل الأطراف الاتفاق للخروج من هذا المأزق السياسي وذلك بحكومة تمثل مختلف الحساسيات والأطياف دون استثناء أو اقصاء مع ضرورة تحقيق مطالب المواطنين من شغل وعيش كريم.

وحول المشاريع التي ينكب عليها محمد أوسط العياري في النازا الامريكية في الفترة الحالية أشار الى انه يشارك في انجاز منظار ضخم كلفته 5 بليون دينار من المنتظرأن يكون جاهزا في المستقبل القريب.

محمد صالح الربعاوي

 

 


Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 19:20

Accidents, les chiffres noirs de l'hôpital français

Par François Malye et Jérôme Vincent

Accidents, les chiffres noirs de l'hôpital français

 


Le nombre est effarant. Neuf cents "événements indésirables graves" (EIG) surviennent chaque jour, en moyenne, dans l'ensemble des hôpitaux et cliniques français. Et près de 380 seraient évitables puisqu'ils seraient liés à des erreurs médicales. Ce sont les résultats de la deuxième étude Eneis (Enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins) réalisée par la même équipe* sur un échantillon d'établissements de soins aigus publics et privés.

Il y a deux ans, plusieurs décès tragiques - la mort de deux jeunes enfants dans deux hôpitaux franciliens, le décès d'un patient à qui on n'avait pas trouvé de place alors qu'il souffrait d'un infarctus - avaient déclenché un vif débat autour des erreurs médicales survenant à l'hôpital. Au total, selon les auteurs de l'étude, ce seraient entre 275.000 et 395.000 EIG par an qui surviendraient. Ils touchent surtout des patients fragiles, plus âgés que la moyenne et présentant souvent un état de santé aggravé. Mais une part importante de ces événements est inévitable, car "ils résultent de risques auxquels le patient est exposé dans le cadre de soins optimaux." Tout l'intérêt de l'enquête porte sur les EIG évitables par an (entre 95.000 et 180.000), c'est-à-dire "qui n'auraient pas eu lieu si les soins avaient été conformes à la prise en charge considérée comme satisfaisante au moment de (la) survenue (de l'EIG)".

Défaillances humaines

Après analyse approfondie par les médecins, ces événements sont apparus "associés en partie à une pratique médicale sous-optimale, une perte de temps, une rupture dans la continuité des soins, des déviances diverses, par rapport à des protocoles, des règles ou des recommandations." Les auteurs, comme lors de leur étude de 2004, relèvent un nombre important de "défaillances humaines des professionnels, de supervision insuffisante des collaborateurs ou encore de déficit de communication entre professionnels".

Ces événements évitables s'observent dans les services aussi bien de médecine que de chirurgie et peuvent avoir de lourdes conséquences. Le plus souvent, il s'agit d'un prolongement d'hospitalisation, mais, à égalité de fréquence, peuvent survenir une mise en jeu du pronostic vital ou une incapacité à la sortie de l'hôpital et, plus rarement, un décès. Ce sont les actes invasifs (endoscopies, etc.) et chirurgicaux qui sont à l'origine du plus grand nombre d'EIG évitables, suivis par l'administration de produits de santé (médicaments et dispositifs médicaux implantables, comme les pacemakers) et, enfin, par les infections nosocomiales.

Pour les auteurs, il n'existe aucune évolution significative entre 2004 et 2009 de la fréquence des événements indésirables graves survenus pendant l'hospitalisation. Alors qu'à partir d'extrapolations d'études étrangères on estime entre 10.000 et 15.000, en France, le nombre de décès liés aux soins chez les malades hospitalisés, cette étude, comme celle de 2004, ne permet toujours pas d'avancer un chiffre plus précis pour des raisons de fiabilité statistique.

*Philippe Michel, du CCECQA (Comité de coordination de l'évaluation clinique et de la qualité en Aquitaine) et DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) du ministère de la Santé
.
Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 19:11

par Mike Adams
Texte original en anglais : naturalnews.com

base donne t
L'ère du micro-puçage pharmaceutique est maintenant devant nous. Novartis AG, l'une des plus importantes sociétés pharmaceutiques dans le monde, a dévoilé un projet afin de commencer à implanter des micro-puces dans des médicaments dans le but de créer une technologie de « pilule intelligente ».

La technologie de micro-puçage est brevetée par Proteus Biomedical à Redwood City, Californie. Une fois activée par l'acide de l'estomac, la micro-puce intégrée commence à détecter son environnement et à émettre des données à un récepteur utilisé par le patient. Ce récepteur est également un émetteur qui peut envoyer les données par Internet à un médecin.

L'idée derrière tout cela est de créer des « pilules intelligentes » qui peuvent détecter ce qu'il se passe dans le corps et délivrer cette information au médecin du patient. Novartis prévoit de commencer à micro-pucer ses médicaments anti rejet de transplantation d'organe et puis potentiellement étendre le micro-puçage à d'autres produits de sa gamme pharmaceutique. Cette même technologie pourrait également bientôt se retrouver dans des pilules fabriquées par d'autres sociétés pharmaceutiques.

Les meilleurs programmes mis en avant...

En surface, tout cela paraît bien, mais les lecteurs de NaturalNews (site original de l'article) ont certainement tout un tas de questions sceptiques à propos de cette technologie. Pour commencer, Novartis ne prévoit apparemment pas de réaliser des essais cliniques qui pourraient prendre en compte les problèmes de sécurité liés à l'ingestion de micro-puces. « Novartis ne s'attend pas à devoir conduire des essais cliniques approfondis afin de prouver que les nouveaux produits fonctionnent », rapporte Reuters. « A la place, son but est de réaliser de soi-disant tests de bio-équivalence afin de montrer que ce sont les mêmes que les originaux. » (reuters.com)

Mais j'ai une question : quels produits chimiques ou quels métaux lourds sont-ils présents dans la micro-puce elle-même ? Une micro-puce qui transmet des données doit évidemment posséder une source d'énergie, ce qui signifie qu'elle doit avoir une très petite batterie ou un genre de condensateur. Les matériaux utilisés dans les condensateurs et les batteries, à ma connaissance, sont toxiques pour le corps humain et ne devraient jamais être avalés.

Les micro-puces ne sont pas de la nourriture et le fait de les avaler semble dangereux pour votre santé, particulièrement si vous ingérez plusieurs micro-puces par jour.

La confidentialité des données

Un autre problème important soulevé par les micro-puces qui transmettent des données concerne leur confidentialité. Si ces micro-puces émettent de l'information, alors cette information peut évidemment être collecté par tout ce qui se trouve à proximité, y compris éventuellement par des individus peu scrupuleux ou des organisations qui pourraient en faire une mauvaise utilisation.

Par exemple, supposons qu'une pharmacie locale installe un détecteur de signal de micro-puce dans leur porte d'entrée principale dans le but de suivre les gens qui émettent des données de « médication ». Ils pourraient alors théoriquement décoder cette donnée et l'utiliser afin de déterminer quelle maladie affecte le client, et puis vendre des produits pharmaceutiques génériques faisant office de substitution.

Des agents gouvernementaux pourraient être équipés de « scanners à micro-puce pharmaceutique » qui déterminent quelles pilules vous prenez en ce moment. Ceci pourrait être utilisé afin de violer votre vie privée en partageant cette information avec d'autres agences gouvernementales ou même en la vendant à un tiers, comme des sociétés de marketing.

Je doute clairement du fait que les données transmises par ces micro-puces dans ces pilules seront codées car le cryptage nécessite une véritable puissance de traitement, et dans ces toutes petites micro-puces, il n'y a pas vraiment de place pour une unité de traitement ou une source d'énergie. Très probablement, elles vont transmettre des signaux bruts, non traités, qui peuvent être détectés et décodés plutôt facilement.

Souvenez-vous de prendre vos médicaments

Mais la partie la plus effrayante à propos de ces micro-puces médicales est le fait que cette technologie sera utilisée afin de s'assurer que les gens prennent bien leur traitement. Les compagnies pharamaceutiques perdent des milliards de dollars par an (d'après elles) à cause des patients qui oublient de prendre leurs pilules. Bien entendu, l'une des raisons pour lesquelles ils oublient de prendre leurs pilules est qu'une grande partie des produits pharmaceutiques provoquent des dégâts aux fonctions cognitives, mais cela est ici hors-sujet.

Cette technologie de pilule micro-puce intelligente va donc probablement être utilisée pour traquer les pilules que les patients auront prises afin qu'il leur soit « gentiment rappelé » de prendre les éventuelles pilules qu'ils auraient oubliés de prendre. Dans le domaine du marketing, cela s'appelle un « programme de continuité ». C'est un moyen destiné à s'assurer que des ventes répétitives se produisent de façon régulière.

Dans ce contexte, le micro-puçage des pilules profite aux compagnies pharmaceutiques, mais pas nécessairement aux patients. C'est particulièrement vrai lorsque l'on considère ces produits pharmaceutiques qui sont nocifs pour la santé humaine - et nous savons tous que le marché pharmaceutique est rempli de pilules dont on a plus tard découvert qu'elles étaient extrêmement dangereuses voire mortelles (quelqu'un se rappelle-t-il du Vioxx ?).

Le futur : les scanners à médicaments de la police et les scanners à médicaments des employeurs

Maintenant, il y a peut-être un effet secondaire intéressant à propos de tout cela : les employeurs qui réalisent des entretiens pour des candidats à un travail potentiel pourraient être capable d'acheter (ou de fabriquer) un simple scanner à médicaments qui détecte la présence d'un signal de transmission d'une micro-puce pharmaceutique.

Ceci pourrait être très utile pour des employeurs qui ne souhaitent pas engager des personnes sous traitement. Ils vous invitent pour un entretien et scannent discrètement à la recherche de données de transmission médicales. Une lumière rouge les prévient lorsque vous émettez des données médicales, et ils vous disent calmement que l'entretien est terminé et « nous vous recontacterons ».

Les employeurs sont en ce moment dépassés par les coûts de l'assurance maladie. Cela pourrait fournir une méthode simple et facile pour les entreprises afin qu'elles évitent de recruter quelqu'un susceptible d'être un fardeau pour leurs programmes d'assurance maladie (d'après leurs opinions). Je ne suis pas nécessairement d'accord avec cette utilisation de cette technologie; Je dis juste que c'est une méthode qui sera probablement utilisée par les employeurs afin d'acarter les employés qui sont sous traitement.

Les policiers pourraient également utiliser un scanner similaire afin de déterminer si un conducteur sur une scène d'accident pourrait être affecté par des médicaments. Voilà une utilisation que je cautionne. Les routes d'aujourd'hui sont remplies de conducteurs affaiblis mentalement qui sont littéralement drogués aux médicaments. A propos, le problème est en fait bien plus grave que des conducteurs ivres, et pourtant jusqu'à présent rien n'est fait afin de combattre ce problème de « conducteurs sous médicaments » (la plupart des personnes ne savent même pas que ce problème existe).

Si les personnes qui prennent des médicaments émettent ces informations par l'intermédiaire de toutes les micro-puces qu'elles avalent, dans ce cas, analyser la présence de médicaments est simple. C'est même encore plus simple qu'un alcootest car cela ne nécessite aucune action de la part du sujet test. Le policier appuie simplement sur un bouton, patiente deux secondes, et peut alors déterminer si vous émettez des données médicales. Jusque là, vous pourriez être arrêté en étant suspecté de « conduite sous traitement ».

Une autre raison de ne pas prendre de médicaments

Il y a bien évidemment une tonne de questions sans réponses et même des risques potentiels quant à l'ingestion de produits pharmaceutiques à micro-puces. Pour certaines personnes, les problèmes de vie privée sont les plus importants de tous, car évidemment, qui souhaite émettre des données sur le fait qu'il prend des médicaments ?

Je ne prends pas de produits pharmaceutiques, évidemment, et la plupart des lecteurs de NaturalNews les évitent également. Le fait que les médicaments seront bientôt micro-pucés est encore une fois une bonne raison de trouver une façon plus holistique de prendre soin de notre santé. Ne misez pas votre vie (et votre vie privée) sur les pilules de l'industrie pharmaceutique. Optez pour un mode de vie holistique et sain basé sur des aliments biologiques, nutritifs, de l'exercice régulier et le refus de tous les produits chimiques (synthétiques) d'origine humaine, et vous n'aurez probablement jamais besoin de produits pharmaceutiques durant votre vie entière.

L'ère du micro-puçage des peuples et du micro-puçage des médicaments se trouve devant nous. Etant donné ce que fait l'agence nationale Américaine de sécurité dans les transports (TSA) avec les scanners corporels (naturalnews.com), vous pouvez clairement imaginer ce que Big Brother fera avec vos données médicales que vous pourriez émettre depuis l'intérieur de votre corps.

En fait, l'idée même d'avoir une micro-puce qui émet des données depuis l'intérieur de votre corps pourrait vous faire signaler comme terroriste potentiel par la TSA, qui pourra alors procéder à une fouille des parties génitales et à une pression de la poitrine dans le cadre de leur nouvelle technique incertaine de « fouille approfondie » (http://www.naturalnews.com/030302_TSA_naked_body_scanners.html).

La meilleure façon d'éviter tout cela est de simplement manger vos légumes et boire vos nutraceutiques (superfood). Ne devenez pas un sujet traçable et micro-pucé de l'industrie médicale qui souhaite transformer votre corps en un centre de profit par produits chimiques.


Pour aller plus loin :

Les "labos" veulent entrer au domicile des patients. C'est Kodak qui a inventé la micropuce à avaler micro.lemondeinformatique.fr

Les laboratoires pharmaceutiques revendiquent le droit d'entrer au domicile des patients pour surveiller la prise de leurs "traitements" lemonde.fr

et le nouveau projet de loi sur la psychiatrie en France prévoit un suivi contraignant des personnes qu'on aura décidé d placer sous médication, même en ambulatoire : jerpel.fr 

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 18:46

base donne t

par Dr Pascal Sacré

Chaque euro investi dans la mise au point d’un médicament de marque rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros… Il y a les firmes privées qui produisent, quel que soit leur produit, puis le vendent.  Il y a les organes civils, attachés à un gouvernement où à une structure supranationale, européenne ou mondiale, censés contrôler et accepter, avec ou sans modification, le produit proposé par la firme privée, en fixer le prix et les modalités d’utilisation. Il y a le consommateur, «vous, moi».  Nous.

Nous sommes la vraie cible de tout ce montage savant destiné à endormir notre prudence, notre intelligence et notre instinct de conservation.

Sans les organes civils correspondants, dont les experts assermentés créent une illusion d’indépendance et de probité, les firmes privées, en dehors des consommateurs les plus aveugles et les plus crédules qui les croient sur parole, ne pourraient convaincre autant de gens, par ailleurs intelligents, prudents et informés, même très partiellement, de leurs pratiques malhonnêtes et peu scrupuleuses. Les organes civils, parés par les médias et l’inconscient collectif de cette indépendance et de cette intégrité qui en réalité n’existent pas, décuplent à la puissance 1000 le pouvoir de persuasion et de pénétration des firmes privées dans nos vies quotidiennes.

Dans tous les domaines importants de nos vies : santé, alimentation, énergie, communication, médias, armement, finance, les buts principaux des firmes privées sont le monopole, l’opacité, l’infiltration des organes publics à des niveaux stratégiques, et la manipulation du langage. Elles veulent surtout vendre leur produit, tel quel, au moindre coût pour elles, même s’il est défectueux, dangereux, ou simplement inutile. Cela importe peu que le produit soit réellement bénéfique, ou même toxique, ce qui est beaucoup plus souvent le cas.

Ces firmes commettent sans état d’âme des essais sur des cobayes démunis, sans défense, impuissants et mal informés, dans les pays « en développement », et parfois même « développés », alors vous imaginez comme elles ont cure de la vie humaine, en ce compris la vôtre.

 

Si l’infiltration de l’organe public est indispensable à la bonne marche des affaires des firmes privées, la manipulation du langage est l’arme la plus puissante pour s’approprier la pensée du public. Ceci est l’étape-clé. C’est le nom du chapitre 1 du livre de Normand Baillargeon, « Petit Cours d’Autodéfense Intellectuelle » : Le langage.

La première citation, sur la première page, est celle d’un expert en manipulation du peuple par le langage :

 « A force de répétitions et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu’un carré est en fait un cercle. Car après tout, que sont « cercle » et « carré » ? De simples mots. Et les mots peuvent être façonnés jusqu’à rendre méconnaissables les idées qu’ils véhiculent », de Joseph Goebbels, Ministre nazi de l’Information et de la Propagande (1).

Le cas rapporté par Sheldon Rampton et John Tauber montre comment des groupes intéressés peuvent utiliser le langage pour influencer la population. En 1992, l’International Food Information Council (IFIC) des États-Unis s’inquiète de la perception qu’a le public des biotechnologies alimentaires (exemple : OGM, nanotechnologies). Un vaste programme de recherche sera donc mis en place pour déterminer comment parler au public de ces technologies. Les recommandations du groupe de travail concerneront surtout le vocabulaire qu’il convient d’employer.

Des mots seront retenus pour leur charge positive et il sera fortement conseillé de s’en tenir à ceux-là. Par exemple : beauté, abondance, enfants, choix, diversité, terre, organique, héritage, métisser, fermier, fleurs, fruits, générations futures, travailler fort, amélioré, pureté, sol, tradition, entier. D’autres, par contre, seront à proscrire absolument, notamment : biotechnologie, ADN, économie, expérimentation, industrie, laboratoire, machine, manipuler, argent, pesticides, profit, radiation, sécurité et chercheur (2).

Le chapitre 1 du livre de Normand Baillargeon sur le langage révèle en plus de 65 pages des dizaines de mécanismes de manipulation de nos esprits par des subterfuges du langage faisant qu’avant même de commencer à réfléchir, à comparer, à analyser, à en parler autour de nous, nous sommes déjà fortement conditionnés pour croire et accepter, ou refuser, selon les objectifs de ces firmes privées.

Le langage contrôle les réactions de nos cerveaux à un stade préconscient, avant toute réflexion, toute analyse.

Les firmes privées, qui visent un monopole, un profit, une vente aux meilleures conditions, le savent très bien. Dans cette vaste entreprise de manipulation par les mots, le langage et les images, la télévision et les médias en général jouent un rôle crucial.

Selon Albert Bandura*, docteur en psychologie, professeur à l’Université de Stanford, la télévision et les médias (cinéma, journaux) sont la forme la plus puissante d’influence et de conditionnement, façonnant l’état d’esprit médical et le comportement des gens autour du monde. Cette influence est plus forte que celle des parents, des professeurs ou des collègues.

Les films au cinéma, à la télé, les documentaires, les journaux, les jeux et les débats télévisés, la publicité (voir vidéo) exercent un rôle persuasif majeur sur notre apprentissage, nos comportements et nos perceptions au niveau individuel, et social.

Tout comme les firmes privées énergétiques les plus polluantes essaient de se racheter une conduite, de se confectionner un paravent de respectabilité**, les firmes pharmaceutiques se joignent à des alliances mondiales comme le GAVI Alliance, des fondations comme celle de Bill et Melinda Gates, des démarches d’organisations comme l’OMS ou l’ONU (3). Ce ne sont que des opérations de marketing destinées à façonner dans l’esprit des gens mal informés une image de philanthropie, et qui permet, d’une pierre deux coups, de tester, sous couvert d’exploitation déguisée en aide, leurs médicaments sur des populations cobayes abusées et impuissantes.

Les firmes privées détruisent l’écosystème et l’environnement.

Les firmes privées exploitent l’humanité entière, les plus pauvres et les plus démunis en les faisant travailler pour elles pour un salaire de misère, en échange de souffrances extrêmes, et les plus riches en les faisant acheter leurs produits dangereux, défectueux ou simplement inutiles.

Par le biais de brevets, de copyrights et de subterfuges juridiques complexes, les firmes privées monopolisent un savoir qui appartient à toute l’humanité.

Les firmes privées s’associent pour former d’énormes monopoles encore plus puissants. Ces monopoles géants ont leurs sièges principaux en Europe et aux États-Unis. Monsanto, Dow, DuPont, Cargill, Syngenta dominent l’agriculture et l’alimentation mondiales.

Les Big Five, Lockheed Martin, Northrop Grumman, General Dynamics, Boeing, Raytheon, dominent l’industrie de l’armement.

Depuis la crise de 2008, le pouvoir financier est détenu par quelques mains, encore moins nombreuses et encore plus puissantes qu’avant : Citigroup (rachat de Wachowia), JP Morgan Chase (rachat de Bear Sterns), Bank of America (rachat de Merryl Lynch), Wells Fargo dominent les banques commerciales. Goldman Sachs, Morgan Stanley, Blackstone Group, les banques d’investissement (sacrifice de Lehman Brothers). Deux agences, Moody’s et Standard & Poor, dominent 80% du marché mondial des notations dont nous voyons aujourd’hui la toute puissance (déchéance de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne, de l’euro). Tous les secteurs évoluent vers ces monopoles tout-puissants et opaques, les médias, l’énergie, la communication, la construction, la grande distribution…

Dans le domaine pharmaceutique, les sept principaux groupes de Big Pharma sont GlaxoSmithKline (GSK), Bayer, Merck, Novartis, Pfizer, Roche et Sanofi-Aventis. Ces groupes contrôlent à eux seuls la moitié du marché mondial des médicaments qui représente 700 milliards d’euros pour l’année 2009 (4). Leurs bénéfices sont supérieurs à ceux réalisés par les Big Five, les puissantes firmes US du complexe militaro-industriel mondial ! Chaque euro investi dans la mise au point d’un médicament de marque rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros (5) !

Vous imaginez ?

Chacun de vos passages à une pharmacie, chez le médecin, à l’hôpital, chaque ordonnance que vous réclamez, chaque boîte que vous achetez, chaque pilule que vous avalez apporte sa petite pierre aux mille euros rapportés sur l’euro investi. Un retour sur investissement de 1000 sur 1 ! Les firmes pharmaceutiques aiment votre ignorance, et dépensent des fortunes pour la conserver car c’est très rentable pour elles.

Il ne s’agit pas de faire le procès du médicament ou de la médecine moderne. Ce n’est pas l’outil qui fait le bien ou le mal, mais celui qui l’utilise. Une arme à feu peut servir à tuer un animal qui nous menace, comme elle peut servir à tuer une vingtaine d’adolescent dans un lycée.

Certains médicaments sont potentiellement, voire réellement, bénéfiques. Certains chercheurs, médecins, scientifiques, pharmaciens sont honnêtes et intègres, comme en témoignent l’odyssée d’Allison Katz membre de l’OMS (6), et celle de tous les médecins et professionnels qui ont mis leur confort, leur réputation et leur carrière en jeu pour dénoncer le système, ou tout simplement ne pas avoir voulu y participer.

Les journalistes Sylvie Simon (7), Stéphane Horel, les auteurs Philippe Pignarre, Louis De Brouwer, Jörg Blech, Hans Ruesch, Dirk Van Duppen, dont certains sont docteurs ou ancien membre du monde pharmaceutique (cf références), tous ces insiders vous ouvriront les yeux sur les liaisons dangereuses qui existent entre les grandes firmes, les laboratoires, le pouvoir médical et les pouvoirs publics.

Tant que la grande masse des consommateurs ne sera pas alertée, et une fois alertée, tant qu’elle refusera de voir la réalité en face, les gigantesques monopoles privés, avec notre complicité semi-consciente et paresseuse, continueront de dévaster nos santés, notre environnement, nos écosystèmes, notre planète et notre Humanité.

Aucun Sommet sur l’environnement ou sur la santé, aucune belle parole, aucune vaine promesse ne changeront nos quotidiens tant que nous ne briserons pas le sortilège, l’ensorcellement dans lequel nous maintiennent les firmes privées, au moyen du langage, de la télévision, des médias, et de leurs complicités dans les organes publics.

Nous tous, consommateurs dociles et complaisants, sommes la composante de l’équation à la fois la plus puissante, qui peut tout arrêter, et en même temps la plus passive. ourtant nous sommes les dindons de la « farce ». Voici quelques bouts de la réalité sur big pharma : Big pharma invente des maladies. Supercheries de Big Pharma, Remède mortel pour maladie imaginaire (Supercheries de Big Pharma : Remède mortel pour maladie imaginaire)

Cet article relate l’histoire du TDAH, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité.

 « Grâce au soutien vigoureux de l’établissement éducatif, l’incapacité à rester immobile une journée l’esprit engourdi d’ennui sous une discipline excessive s’est transformée en maladie. En psychiatrie, tout ce qu’il faut pour créer une nouvelle maladie, c’est de parvenir à un consensus sur le fait que certains comportements observables sont en réalité une maladie. Toute maladie entrant dans le manuel des diagnostics et statistiques n’en sort plus. »

Les médicaments proposés comme remèdes, comme l’Adderall, sont des amphétamines. Ce médicament a été associé à une incidence élevée de crises cardiaques et de morts subites chez l’enfant.

Les effets hautement délétères de la Ritaline (methylphénidate) et des autres stimulants (dextroamphétamine et metamphétamine) sont indiscutables et largement documentés ». (8)

Selon Jörg Blech, journaliste scientifique allemand, collaborant avec des journaux comme Die Zeit ou Der Spiegel, « si on pouvait autrefois espérer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, les marchands de la santé (comprenez : maladie), aujourd’hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée ».

Manipulation de « normes » biologiques ou cliniques, comme le taux de cholestérol ou la tension artérielle, compromission de membres influents de la communauté médicale ou des organes publics ou semi-publics chargés de son contrôle, par corruption, séduction, intimidation, voir un peu des trois, sont parmi les armes favorites des firmes privées mais le principal argument de vente de ces marchands de la santé (comprenez : maladie), c’est la peur et la persuasion au moyen du langage, de la télévision, des films, de la publicité.

L’histoire de la santé se confond avec celle du Dr Knock (ou le Triomphe de la Médecine, la pièce de Jules Romain) dont les écoles devraient rappeler régulièrement à nos enfants, adultes en construction, le message profond (voir « Les Inventeurs de Maladies », de Jörg Blech, éditions Actes Sud, 2005, pp.15-16 pour un court résumé).

Big Pharma corrompt et noyaute les organes publics censés les contrôler

La FDA : Food and Drug Administration (USA) dans la ligne de mire de ses propres scientifiques : Cet article rapporte un sondage envoyé à 5918 scientifiques de la FDA (équivalente US de la puissante Agence Européenne du Médicament ou EMEA, de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé AFSSAPS en France), dont 997 ont répondu.

En voici les résultats les plus choquants :

40 % redoutent des mesures de rétorsion à leur encontre s’ils se faisaient publiquement l’écho des inquiétudes quant à l’innocuité des produits officiellement approuvés.

Seulement 47% pensent que la FDA fournit des informations justes et complètes au public.

81% ont reconnu que le public serait mieux servi si l’indépendance et l’autorité des systèmes de contrôle de la FDA après mise sur le marché étaient renforcées.

Pour la FDA, un scientifique qui a des liens financiers, professionnels ou privés, avec une firme pharmaceutique, un laboratoire, ou a un conflit d’intérêt, peut participer à un panel d’évaluation d’un médicament produit par cette firme, sous le prétexte hypocrite que la compétence et l’expérience dudit scientifique pèsent plus que le sérieux du conflit !

Ainsi le Vioxx, produit par la firme Merck, avait obtenu de la FDA l’autorisation de mise sur le marché, malgré une étude qui établissait le lien entre le doublement des risques d’accidents cardiaques et l’utilisation du médicament. Dix membres du panel d’évaluation du Vioxx et qui avaient approuvé sa mise sur le marché avaient des liens directs avec Merck.

Le Public Citizen Health Group (9) a découvert que dans 73% des 221 examens de médicaments conduits entre 2001 et 2004, il existait un conflit d’intérêts financiers. Dans 73% des cas, un ou plusieurs membres du panel chargé de l’examen avaient des liens avec la firme cherchant à obtenir l’approbation.

Ces pratiques concernent également l’OMS, l’EMEA (Agence européenne du médicament), des agences nationales ou les ministères.

OMS :

Relations et conflits d’intérêts avec les firmes privées : Le SAGE, le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS (Strategic Advisory Group of Experts) : professeur David Salisbury, Frederick Hayden, Arnold Monto (10).

« Le docteur Frederick Hayden est à la fois membre du SAGE à l’OMS et du Wellcome Trust à Londres ; […]  Au titre de services « consultatifs », Hayden reçoit par ailleurs des fonds de la part de Roche et de GlaxoSmithKline parmi d’autres géants pharmaceutiques engagés dans la production de produits liés à la crise du H1N1.

Un autre scientifique britannique, le professeur David Salisbury, qui dépend du ministère britannique de la Santé, est à la tête du SAGE à l’OMS. Il dirige également le Groupe consultatif sur le H1N1 à l’OMS. Salisbury est un fervent défenseur de l’industrie pharmaceutique. Au Royaume-Uni, le groupe de défense de la santé One Click l’a accusé de dissimuler la corrélation avérée entre les vaccins et la montée en flèche de l’autisme chez l’enfant, ainsi que celle existant entre le vaccin Gardasil et des cas de paralysie et même de décès. 

On trouve encore un autre membre de l’OMS partageant d’étroits liens financiers avec les fabricants de vaccins qui profitent des recommandations du SAGE, en la personne du docteur Arnold Monto, un consultant rémunéré par les fabricants de vaccins MedImmune, Glaxo et ViroPharma. »

WI, European Scientific Working group on Influenza : Albert Osterhaus (11).

 « On le surnomme « Dr Flu » (Docteur Grippe), le professeur Albert Osterhaus est le principal conseiller de l’Organisation mondiale de la Santé face à la pandémie de grippe H1N1. Depuis plusieurs années, il prédit l’imminence d’une pandémie globale et ce qui se passe aujourd’hui semble lui donner raison.

Cependant, le scandale qui a éclaté aux Pays-Bas et fait l’objet d’un débat au Parlement a mis en évidence ses liens personnels avec les laboratoires fabriquant les vaccins qu’il fait prescrire par l’OMS. »

Klaus Stöhr qui était le chef du département épidémiologique de l’OMS à l’époque de la grippe aviaire, et qui donc a préparé les plans destinés à faire face à une pandémie que j’évoquais plus haut, était devenu entre temps un haut cadre de la société Novartis (12).

Agences nationales :

NIH, National Institute of Health, aux Etats-Unis :

«Un très important chercheur du nom de Pearson "Trey" Sunderland III à l'Institut National de santé Américain le fameux (NIH) a été inculpé lundi de violation de la loi sur le conflit d'intérêt criminelle en omettant de divulguer des liens financiers qu'il avait avec le géant de la pharmacie rien de moins que le groupe Pfizer, les procureurs ont dit. Il a été accusé d'un délit portant sur les 285000 $ qu'il a accepté sans divulguer ces honoraires de consultation en provenance de Pfizer! Sunderland aurait convenu avoir accepté 25000 $ par année en frais de consultation, ainsi qu'une taxe de 2500 $ pour assister à une journée de réunions avec l'entreprise, qui ont été faites entre 1997 et 2004 et cela pendant que des études étaient en cours entre le NIH et Pfizer. Selon le document d'inculpation, Sunderland avait fait un arrangement similaire pour recevoir 25000 dollars de plus par an de Pfizer au cours d'une autre étude de deux «biomarqueurs» estimés pour identifier la maladie d'Alzheimer chez les patients. » (13)

Le GEIC, Groupe d’Expertise et d’Information sur la grippe, présidé par Bruno Lina, chef du laboratoire de virologie au CHU de Lyon, directeur de l’unité du CNRS pour le H1N1, principal conseiller du gouvernement pour les pandémies. Le GEIC regroupe les 3 industriels GSK, Sanofi et Novartis, largement bénéficiaires des coups de semonce pandémiques, notamment la toute récente Grippa A H1N1.

Ministères :

Italie …

«En 1991, Francesco de Lorenzo, ministre italien de la santé, a touché de nombreux pots de vin de plusieurs laboratoires, dont Smithkline Beecham (aujourd'hui GlaxoSmithKline). Le président de ce laboratoire, qui fabrique le vaccin anti-hépatite B, a avoué avoir donné au ministre 600 millions de lires quelques mois avant que ce dernier rende la vaccination obligatoire dans son pays. Francesco de Lorenzo a été inculpé et condamné à plusieurs années de prison ferme ainsi que Paolo Cirino Pomicino, ancien ministre du budget et le professeur Dulio Poggiolini, directeur de la Direction du médicament. Celui-ci avait été président de l'Ordre des médecins, mais aussi membre influent des instances européennes du Médicament. »

France…

« Gilles Duhamel qui a été nommé, en août 1999, directeur de cabinet de Dominique Gillot, secrétaire d'État à la Santé, a occupé de très importantes fonctions dans l'industrie pharmaceutique. Il a été directeur adjoint de la recherche aux laboratoires pharmaceutiques Wellcome (aujourd'hui GlaxoSmithKline) et directeur de la communication des laboratoires Merck Sharp et Dohme, avant de rentrer à l'agence du médicament (aujourd'hui Agence nationale de la sécurité sanitaire) comme directeur des études et de l'information pharmaco-économique, puis de retrouver au cabinet de Bernard Kouchner en 1997, le poste de conseiller technique qu'il avait déjà occupé en 1992. Ce parcours illustre bien l'infiltration, dans les ministères et les instances de Santé publique, des représentants des laboratoires pharmaceutiques » (14).

Big Pharma fait truquer les études et contrôle les revues spécialisées, dont les plus prestigieuses, en infiltrant les comités de relecture

Supercheries de Big Pharma : Liste des 21 études contrefaites par le Dr. Scott S. Reuben :

Des données truquées par le très respecté et influent Scott S. Reuben, docteur en recherche clinique, ont été utilisées dans plus de vingt études de l’industrie pharmaceutiques (Big Pharma) et publiées par des revues médicales vérifiées par des experts. « Voir le compte-rendu original en anglais de Natural News ou sa traduction française

Ces études promeuvent l’innocuité et les « avantages » de certains remèdes : Bextra (Pfizer), Vioxx (Merck), Lyrica, Celebrex et Effexor. Le principal chercheur impliqué dans ces études, le Dr Scott Reuben, a été rétribué par Pfizer et Merck. Il existe donc un lien financier entre ce docteur en recherche clinique et au moins deux compagnies pharmaceutiques qui ont bénéficié de ses conclusions contrefaites (Doctor Admits Pain Studies Were Frauds, Hospital Says).

L’antiviral Tamiflu se révèle être une grossière supercherie

Les études de Roche sont basées sur une fraude scientifique :

« Un article dévastateur récemment publié par le British Medical Journal accuse Roche de tromper les gouvernements et les médecins sur les avantages du Tamiflu. Sur les dix études citées par Roche, il s'avère que seules deux d’entre elles ont été publiées dans des journaux scientifiques. Et que sont devenues les données originales de ces deux études ? Perdues ».

Big Pharma est opaque

De même que les agences « publiques » censées contrôler les firmes privées.

EMEA et transparence de l’information, un bilan accablant :

Les demandes d’accès aux documents sont tout simplement rejetées : 25 à 37%.

Quant aux documents officiellement transmis, la plupart des pages sont occultées, au nom de la protection du « secret commercial ». Par exemple, la revue française Prescrire a publié un rapport de pharmacovigilance sur l’Acomplia (un médicament entretemps retiré) dont 66 des 68 pages, et jusqu’à la date, étaient intégralement occultées (15).

Le recours au sacro-saint secret commercial a bon dos et permet aux firmes privées de maquiller leurs résultats, de cacher le vide et la pauvreté méthodologique de leurs études. C’est le cas pour les firmes pharmaceutiques, mais également pour celles de l’agro-alimentaire (comme Monsanto), des biotechnologies (nanotechnologies…) ou de la communication (pollution électromagnétique…). Ce privilège accordé aux firmes, associé à la tolérance extrême des agences publiques envers ces pratiques finit de faire voler en éclats la sécurité minimale que chaque citoyen se croirait en droit d’exiger de ses institutions et de son gouvernement. Cela prouve plus généralement que dans nos sociétés relativement hypocrites et complaisantes, le commerce, la marchandise, l’argent forment dans les faits des valeurs largement supérieures à la santé, à la justice et à la vérité.

Big Pharma teste ses médicaments non autorisés sur des enfants et des habitants du Tiers-Monde

« Au Nigéria, des tests d’un antibiotique non enregistré ont été pratiqués sur des enfants par la firme Pfizer en 1996, une information dévoilée récemment par le journal Washington Post. Le rapport, enterré pendant plus de cinq ans, révèle que 5 enfants sont morts après avoir reçu l’antibiotique Trovan. Six autres enfants sont morts après avoir reçu le médicament de comparaison. La firme pharmaceutique - qui n’avait obtenu qu’un consentement oral des parents non informés de la nature du produit - a concocté par la suite une lettre antidatée d’autorisation du Comité d’Ethique du Nigéria. Pfizer maintient que sa présence à l’hôpital de Kano était purement philanthropique et dans le but d’aider à combattre une épidémie de méningite qui a décimé la vie de 1500 personnes. Pourtant, Pfizer s’est retiré sitôt le test effectué. Cette action, conjuguée au fait que Pfizer n’a jamais obtenu de la part du Gouvernement du Nigéria d’autorisation de tester le Trovan sur près de 100 enfants et nourrissons, signifie qu’il s’agissait bel et bien d’un test illégal et opportuniste d’un médicament non-enregistré sur des patients vulnérables. » (16)

La FDA est également impliquée dans une sombre affaire impliquant le géant pharmaceutique Bayer, une affaire dévoilée par le New York Times. Il semble que Factor VIII, un médicament destiné principalement aux enfants hémophiles, aie été contaminé par le virus HIV dans les années 1980. Lorsque les patients hémophiles ont contracté le HIV suite aux injections de Factor VIII, la FDA aurait recommandé à Bayer de se débarrasser de ses surplus au Japon, en Malaisie, à Singapour, en Indonésie et en Argentine. De cette façon, la firme a pu encore tirer profit de ses ventes, malgré son retrait du marché US. Rien qu’à Hong-Kong et Taïwan, on estime que plus de cent patients hémophiles ont contracté le HIV suite à l’utilisation de ce médicament contaminé. De nouveaux lots de ce médicaments furent fabriqués à partir de concentrés de sang chauffé (ce qui tue le virus alors que les lots précédents étaient fabriqué à partir de sang non-chauffé) pour le marché américain, tandis que le reste des vieux lots fut expédié en France et en Espagne. Deux officiels français furent emprisonnés pour avoir approuvé l’utilisation du Factor VIII, non-chauffé et contaminé. La FDA n’a jamais été soumise à une enquête ni accusée. La firme Bayer maintient qu’elle s’est comportée de façon responsable et éthique. (17)

Une compagnie pharmaceutique force les familles pauvres à tester ses vaccins : 12 bébés morts : 

« GlaxoSmithKline, la grande compagnie pharmaceutique, a été accusée de faire pression sur des parents pauvres du Tiers Monde pour qu’ils engagent leurs enfants dans des essais expérimentaux de médicaments qui ont entraîné la mort d'au moins 12 enfants.

Cette compagnie teste actuellement un vaccin expérimental contre la pneumonie sur les enfants de moins d'un an en Argentine, en Colombie et au Panama. Selon la Fédération argentine des Professionnels de la Santé (Feprosa), des parents pauvres argentins ont été « obligés et contraints de signer les formulaires d’acceptation. »

Ce constat, s’il est désolant, est nécessaire. La médecine est une science, un outil, dont les firmes privées ont fait le pire ennemi de vos santés. Des médecins, des journalistes, des scientifiques, des humains, se battent contre la machine toute-puissante de Big Pharma mais ce combat est voué à l’échec sans le concours de toutes les victimes actuelles de cette énorme supercherie.

Sans prise de conscience, sans lucidité, ce combat qui pourtant continuera, sera sans gloire et sans succès. Big Pharma est partout et connecté à tous les organes de conditionnement de l’esprit humain.

Pfizer, dont la valeur intrinsèque est estimée à plus de 265 milliards de dollars, détient les brevets de 8 des 25 meilleures ventes mondiales de médicaments synthétiques (Lipitor, Viagra, Diflucan, Zoloft...). La valeur marchande de Pfizer est supérieure à la richesse de plusieurs pays prospères.

Des personnes de Pfizer, de Merck, d’Exxon Mobil (une des firmes issues de la dissolution de la Standard Oil des Rockefeller) et du conglomérat financier JP Morgan Chase se retrouvent dans les conseils d’administration de toutes ces entreprises, (dont l’importance financière globale dépasse de loin les ressources additionnées de tous les pays « développés ». Big Pharma est tout, et partout.

Big Pharma invente des maladies, ment, corrompt, truque des études et voit l’humanité comme un champ d’expérimentation et une source maximale de profits. Toute cette liste de malversations, résumées en 5 points majeurs, est loin d’être exhaustive, mais suffisamment explicite, même si beaucoup refuseront encore, malgré cela, d’ouvrir les yeux. (18) 

 

Conclusions

Big Pharma veut faire des profits à tout prix, et n’a aucune éthique.

Big Pharma fait des expériences et teste ses produits dans des pays trop pauvres ou sans système juridique pour pouvoir se défendre.

Comble de cynisme, elle le fait souvent sous couvert d’intention philanthropique (vaccinations, SIDA…).

Big Pharma n’a rien d’une entreprise philanthropique, jamais.

Elle ne recherche que son profit, et lorsqu’elle se pare d’une intention bénéfique pour le genre humain, c’est à chaque fois une opération publicitaire, pour redorer son blason, pour pénétrer de nouveaux marchés, pour exploiter des mains d’œuvre qu’elle transforme en esclaves, pour expérimenter ses molécules dans des pays moins sévères ou moins regardants.

Big Pharma utilise le langage, les faiblesses du psychisme humain, et ses richesses pécuniaires immenses pour écraser toute résistance, par des procès interminables, des procédures décourageantes, des pressions phénoménales sur les médecins et scientifiques isolés, un marketing sans pareil, une complicité des organes publics et de certains gouvernements, une corruption de certains de leurs membres, le contrôle des comités de lecture dans les revues professionnelles, la fourniture d’études truquées et une opacité complète au nom du sacro-saint secret commercial.

La manipulation de l’information médicale à la source explique que nombre de médecins et autres scientifiques soient complices du système sans en être nécessairement conscients et que les meilleurs défenseurs de Big Pharma soient parfois des personnes complètement de bonne foi, mais totalement manipulées et trompées.

Tous les professionnels doivent se rendre compte que les comités de lecture par les pairs, les revues référentes, aussi prestigieuses soient-elles, et les études, même annoncées comme randomisées, en double-aveugle, et prospectives, ne sont pas infaillibles, comme en témoigne le scandale des 21 études du docteur Scott S. Reuben, pourtant publiées dans les meilleures revues de référence.

Big Pharma fait preuve d’une mauvaise foi et d’une capacité au mensonge et à la trahison phénoménales. Ces firmes ne reculent devant rien, elles ne sont dignes d’aucune confiance.

Les organes publics, instituts nationaux (NIH, FDA, AFSSAPS), supranationaux (OMS, EMEA), les comités d’experts soi-disant indépendants sur lesquels se reposent ces organes, ces agences mais aussi les ministères publics, ne sont pas obligatoirement dignes de confiance.

Leur probité, leur intégrité ne va pas de soi !

Loin de là ! Expert ne veut pas dire sincère ou indépendant.

Enfin, nous tous, consommateurs, acheteurs, humains, sommes responsables, des questions que nous ne posons pas, des réponses que nous n’exigeons pas, du comportement de nos ministères et institutions que nous ne remettons pas en cause, de l’opacité que nous tolérons, de la félonie que nous acceptons.

Ne laissons pas ces inventeurs de maladies nous voler nos vies.

 

« L’important n’est pas de vivre,

Mais de vivre selon le bien. »

Socrate  

 log

Notes : 

(1) Petit Cours d’Autodéfense Intellectuelle, Normand Baillargeon, Lux Editeur, 2006, p. 19.

(2) S. Rampton et J. Stauber, Trust Us, We’re Experts, chap.3.

(3) Les taux de vaccination atteignent un niveau sans précédent dans les pays pauvreshttp://www.gavialliance.org/media_centre/press_releases/2007_01_26_fr_pr_davos.php  

(4) Selon l’agence Intercontinental Marketing Services (IMS) Health, 19 mars 2009.

(5) Mafias pharmaceutiques, Ignacio Ramonet, http://www.legrandsoir.info/Mafias-pharmaceutiques.html  

(6) Lettre ouverte au Dr Margaret CHAN Directrice Générale de l’Organisation Mondiale de la Santé,

http://www.next-up.org/pdf/AlisonKatzOmsOriginalLettreOuverteDirectriceGeneraleMargaretChan.pdf  

(7) Hépatite B : les Coulisses d'un scandale vaccinal http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?post/2009/10/17/327  

(8) Si le TDAH existe bien dans des cas extrêmes, ce n’est pas du tout une maladie mentale et il ne nécessite pas des amphétamines.

D’après l’association étasunienne Feingold, le TDAH est une conséquence de la malbouffe.

Sur son site, cette association indique clairement que tout additif, OGM, produit chimique, présent dans la nourriture est à l’origine du TDAH.

L’organisme qui n’est pas habitué à des produits non naturels ou dénaturés (et qui ne s’y habitue jamais), dont il ne sait que faire, réagit par toutes sortes de symptômes.

Cette association propose des régimes excluant tous ces produits, qui permettraient à l’organisme de retrouver son bien-être.

Il ne faut pas oublier aussi l’environnement électromagnétique qui agit différemment sur les organismes, en fonction très certainement de leur charge en métaux lourds.

http://www.fraternet.com/magazine/in_0705.htm  :

1987: les membres de l'APA (Association psychiatrique américaine) votent à main levée l'introduction dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) d'un nouveau trouble psychiatrique: le TDAH (Troubles déficitaire de l'attention/hyperactivité).

En l'espace d'un an, 500 000 enfants américains reçoivent ce diagnostic. Aujourd'hui, étiquetés hyperactifs, plus de 6 millions d'enfants américains prennent le chemin de l'école après avoir avalé leurs pilules d'amphétamine (Ritaline, pour ne citer que la plus employée).

Entre 1990 et 2000, 186 décès liés à la Ritaline ont été rapportés à la FDA, ce qui ne représente, selon le docteur BAUGHMAN, membre de l'Académie américaine de neurologie, que 10 à 20% du nombre réel de décès imputables à cette drogue !

Des enfants âgés d'une dizaine d'années décèdent de troubles cardiaques et présentent des anomalies similaires à celles présentées par les consommateurs chroniques de cocaïne ! Dans les hôpitaux américains, les admissions dans les services d'urgence pour abus de Ritaline sont aujourd'hui, chez les préadolescents, plus nombreuses que celles dues à la cocaïne !

(9) Fondée en 1971 pour représenter les intérêts des consommateurs au Congrès des Etats-Unis, Public Citizen est une organisation nationale de défense des consommateurs. Elle lutte pour la transparence et l’obligation du gouvernement de rendre des comptes ; pour des sources d’énergies propres et durables ; pour la justice économique et sociale dans les mesures commerciales ; pour la santé et la protection de l’environnement ; et pour des soins et des prescriptions de santé effectives et sans dangers. http://www.citizen.org

(10) OMS : le « pape de la grippe A » accusé de corruption, F. William Engdahl, http://www.voltairenet.org/article163315.html  

(11) Mega Corruption Scandal At The WHO,  http://www.rense.com/general88/megawho.htm  

(12)  HTTP://WWW.HUMANITE.FR/2010-01-07_SOCIETE_GRIPPE-A-L-IMPLACABLE-REQUISITOIRE-DU-DEPUTE-WODARG  , http://www.prs12.com/spip.php?article11877  

(13) Top Alzheimer's researcher charged with felony criminal conduct for secret financial ties to Pfizer http://www.naturalnews.com/z021255.html  

(14) Hépatite B : les Coulisses d'un scandale vaccinal, Op. Cit.

(15) L'Agence européenne du médicament censure les données de pharmacovigilance : http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierTransparenceEMEA.php  

(16) Panel Faults Pfizer in '96 Clinical Trial In NigeriaUnapproved Drug Tested on Children http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/05/06/AR2006050601338.html, Courrier International, n°891, 2007, pp. 48-50, Les Enfants Cobayes de Kano, Hauke Goos                                                                                               
(17) New York Times, Edition du 22 Mai 2003, 2 Paths of Bayer Drug in 80’s : Riskier One Steered Overseas, un article de Walt Bogdanich et Eric Koli
(18) Pour ceux qui veulent aller plus loin : http://users.skynet.be/nomoreillusions/fraudemedicale.html ; http://www.monde-diplomatique.fr/2003/10/RIVIERE/10610

Références :

 

* Albert Bandura, le plus éminent psychologue vivant aujourd’hui, selon l’étude de la Review of General Psychology, Auto-efficacité, Ed. de boeck, 2007, p.V (Préface).

 

** « La Grande Mascarade, ces multinationales qui lavent plus vert », sous la direction d’Eveline Lubbers, Ed. Parangon, 2003, ISBN 2841901068.

 

« Les Inventeurs de Maladies », Jörg Blech

« Le grand secret de l’industrie pharmaceutique », Philippe Pignarre

« La guerre des médicaments, pourquoi sont-ils si chers ? », Dr Dirk Van Duppen

« La Mafia pharmaceutique et agroalimentaire », Dr Louis De Brouwer

« Les Médicamenteurs, labos, médecins, pouvoirs publics : enquête sur des liaisons dangereuses », Stéphane Horel

« L’Impératrice  Nue », Hans Ruesch

Sylvie Simon, http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article12420  

« Petit cours d’autodéfense intellectuelle », Normand Baillargeon 



Dr. Pascal Sacré
 est médecin et anesthésiste-intensiviste depuis 2003

 

 

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 22:19

Le médiator (benFLUORex) a été commercialisé en France de 1975 à novembre 2009, date où il est enfin interdit par l'Afssaps grâce au combat d'une Pneumologue brestoise Irène Frachon.

Ce livre est l'histoire d'un combat pour faire interdire le Médiator 150 mg : En novembre 2009, après une minutieuse enquête de plusieurs années, Irène Frachon, aidée par ses confrères du CHU de Brest, avait contribué à l'interdiction de ce médicament.

Normalement prescrit pour traiter le diabète qui était pris par 300 000 patients en France, il a été administré comme coupe-faim à des millions de personnes. Or, il n'est pas sans danger et peut causer la mort : ce médicament pouvait entraîner, chez certaines personnes, de graves effets secondaires. Les médecins brestois ont réussi à prouver que le Médiator pouvait entraîner de graves complications au niveau des valves cardiaques ou une hypertension artérielle pulmonaire. Mais aussi des décès.
Irène Frachon nous raconte son enquête, ses interventions auprès de l'Afssaps, ses rapports avec le laboratoire qui commercialise le médicament, ses découvertes.

Le laboratoire Servier (deuxième groupe pharmaceutique français après Sanofi-Aventis) avait assigné en référé l'éditeur (editions-dialogues.fr) : c'est juste la Preuve que le géant pharmaceutique se fout royalement de la Santé des personnes en effet son seul intérêt étant la rentabilité.

Il existe des conflits d'intérêts importants, notamment dans les comités d'experts de l'Afssaps. Les agences ne font pas assez le tri entre les experts indépendants et ceux qui publient grâce à l'industrie pharmaceutique en effet les experts qui sont en conflit d'intérêts ne devraient pas participer aux évaluations des médicaments.

Repost 0
Published by taysir assistance - dans Taysir info
commenter cet article